Société d'émulation
de Roubaix

La presse de juin

goole+ facebook twitter
 
Vendredi 2 juin : L’Exposition des Arts de la Femme. L’exposition des objets récompensés au concours des Arts de la femme est ouverte depuis hier dans le salon de la galerie d’honneur du Grand palais de l’Exposition Internationale du Nord de la France. Voici le résultat des opérations du jury :
Prix d’honneur : Madame Motte-Scrépel pour ses figurines.
Prix d’excellence : Mesdames Debayser-Gratry- Lille, Darchez- Lille
Premier prix : Madame Van Moé- Roubaix, Mademoiselle la Baronne J de Kaervolté – Arnheim (hollande), madame Monnet – Paris, l’Abeille- Paris, Mademoiselle isabelle Le Dieu- Roubaix.
Mention : Mesdemoiselles des Robert-Nancy, Madeleine de Pape- Ostende, Marie Berton- Roubaix, Madame Edouard Rasson –Roubaix, Mesdemoiselles Mercier-Paris, Marguerite Page- Paris, Madame Klein- Paris.
Pour l’art de la dentelle, sous la présidence de Messieurs Lefebure et Boisson de Paris.
Prix d’honneur : Madame Paul Thiriez,
Prix d’excellence : Mesdames Delaoutre-Mathon, Eugène Masurel, Gommard-Clarin, Eglise pauvre Notre Dame- Roubaix.
Premier Prix : Mesdames René Valentin, D’Heilly-Roussel, Tocmé, Pierre Decroix, Réquillart-Masurel, Roques-Toular- Œuvre des églises pauves, Saint Martin, Madame Mathon-Motte
 
Duxième prix : Madame martin, Mademoiselle Descamps-Lille, Lescoudère, Mesdames Bicq- Hollande, Eugène Rasson-Roubaix, Eugène Meillassoux- Roubaix, Mademoiselle Darchet- Lille, Madame Jeaunet.
 
Mentions honorables : Mesdames Pierson, Jean Prouvost- Roubaix, D’Habbaville, l’Abeille-Paris, May-Peronné, Mesdemoiselles Rouzy, Julie Rémy, Madame D’Haene, Mademoiselle Irène Segard, Mesdames Amy, Hoopmaumx, Domchamps, Mademoiselle Rousseau- tourcoing, Madame Pfeumaker- Roubaix, Julie Leplat.
Dans la section des professionnelles (ouvrages , aiguilles) se trouve :
Premier prix : Madame Bayart-Bailleur,
Deuxième prix : Œuvre des indigènes (Alger). Mademoiselle Jeannot- Chalons.
Mention : Pierson – Nancy, Raoux- Paris, l’Association dentelière Lozérienne
Hors concours : Monsieur Caudizière, dentelles Paris
Hors concours beaux Arts : Madame Lyon- Paris. (L’Avenir de Roubaix-Tourcoing- 1911).
 
 
Dimanche 4 juin : l’inauguration du champ d’aviation de Roubaix a eu lieu hier, sans accident ni incident. Les choses se sont fort bien passées. A l’heure fixée, chacun se trouvait à son poste. Et il ne manqua rien à l’éclat de la fête, si ce n’est la venue des aéroplanes. Fort sagement les membres  du Comité avaient prévu cette fâcheuse éventualité. Ils avaient annoncé que Messieurs Breguet, Champel et Beaud se rendraient à Roubaix, par la voie des airs, si le temps le permettait, les deux premiers venaient de Douai, et le troisième de Courtrai.
Au déclin de l’après midi, il sembla que le temps avait décidé de s’opposer aux départs des aviateurs. Vers 5 heures, un violent orage s’abattit sur la région. Le vent fit rage. Les averses succédèrent aux averses et le tonnerre gronda- à 6 heures et demies une accalmie se produisit. Le vent tomba et le ciel commença à s’éclaircir encore que balafré, çà et là, de capricieux éclairs. Dès lors, la foule se rua vers l’avenue des Villas, bordée de guinguettes, encombrée de véhicules de tous genres, depuis char à banc le plus honnêtement villageois jusqu’à la plus fashionable 60 HP. Et quand nous arrivâmes à l’aérodrome, les tribunes, de très jolies tribunes en vérité, étaient pleines à craquer. Déjà les hangars, recouverts d’épaisse toile verte, s’apprêtaient à recevoir les machines volantes. Le public avide d’émotion attendait- un public très sportif à ne rien douter car les femmes elles-mêmes ne s’entretenaient que de moteurs, d’hélices et de records. De temps en temps on braquait d’imposantes jumelles vers le ciel que rayait le vol d’oiseaux joueurs.
A 7 heures ¼ une sonnerie téléphonique retentit dans le pavillon du Comité.  Peu après on annonça que Monsieur Debussy venait de quitter l’aérodrome de la Brayelle, à bord d’un double monoplan Breguet. Et cette nouvelle fit le tour de l’enceinte dix minutes plus tard le bruit court qu’un autre aviateur était en route. Il y eut une rumeur- ¼ d’heure passa. Mais l’élégante silhouette le Breguet ne se détacha pas de l’écran céleste où se découpait, ironique un peu, un mince croissant lunaire. Et la foule se prit à désespérer. Mais voici que surgit une sirène. Les portes de l’aérodrome s’ouvrent devant une longue voiture de course. On se précipite vers le chauffeur qui affirme avoir vu deux aéroplanes à quelques kilomètres de Douai- le chauffeur ajoute que les aviateurs s’étaient égarés. C’est vraisemblable.
Néanmoins l’attente de la foule se prolonge. Et la nuit tombe insensiblement. L’instant est très doux. Les courants aériens sont endormis. Tout espoir serait désormais superflu. L’inauguration du champ d’aviation de Roubaix est terminée. La foule ne s’en prend même pas ni aux organisateurs, qui ne peuvent être mis en cause, ni aux aviateurs restés en détresse on ne dit où- Et lentement elle s’écoule. P.T.P.
 (L’Avenir de Roubaix-Tourcoing-1911).
 
Lundi 5 juin : les musiques du Nord et du Pas de Calais à Roubaix - Elles y ont tenu leur congrès. Hier a eu lieu à Roubaix, à l’occasion de l’Exposition Internationale du Nord de la France, la huitième fête fédérale des Sociétés musicales du Nord –Pas de Calais. Cette fête, admirablement bien organisée , a été en grande partie contrariée par un violent orage qui a privé une foule immense du magnifique spectacle du défilé des autorités sous la voûte d’acier formée devant l’escalier de l’Hôtel de ville, par les trieuses, mineurs et galibots délégués par les Compagnies minières.
Le congrès s’est ouvert à 9 heures au Grand Théâtre, sous la Présidence de Monsieur Alfred Richart- compositeur de musique à Lens.
Le défilé fédéral à 11 h 30 à l’arrivée du train, un cortège se forme sur la place de la Gare pour conduire Monsieur Allain, secrétaire général de la Préfecture du Nord, Leroy, chef de cabinet du Préfet, Motte, Maire de Roubaix, Chatteleyn, Sayet, Dewitte et Deschott, adjoints au Maire. Ce cortège comprend 39 sociétés fédérées de Roubaix, la Grande Harmonie, ……
A la mairie : après une courte réception dans la salle du Conseil municipal et tandis que la pluie ne cesse de tomber, chacun prend le chemin de l’exposition où doit avoir lieu le banquet. Monsieur le maire préside- au champagne, Monsieur Koszul, chef de la Grande Harmonie, excuse Monsieur Alfred Motte, Président du Comité organisateur de la journée des mineurs, retenu par un deuil….. Le beau temps étant revenu, le congrès des musiques s’est terminé par une magnifique fête de nuit qui a lieu dans le cadre féérique de l’exposition. (L’Avenir de Roubaix-Tourcoing-1911).
 
Mercredi 7 juin : l’exposition Internationale du Nord de la France. L’inauguration du pavillon argentin. Jeudi 8 juin à 2 h 30 de l’après midi, aura lieu l’inauguration officielle du pavillon argentin, dans les superbes constructions s’étendent sur 1200 m2.
 
Jeudi 8 juin : Chez les artistes ! Pourquoi tant de petites expositions ? Le peintre Gustave Grau préconise la création d’un salon ambulant- Sommes-nus à la veille d’une révolution ? (L’Avenir de Roubaix-Tourcoing-1011).
 
Lundi 12 juin : Mort d’un roubaisien au Tonkin. Monsieur Albert Dispa, originaire de Roubaix, comptable de l’Imprimerie d’Extrême Orient à Hanoï (Tonkin) est décédé en cette ville (L’Avenir de Roubaix-Tourcoing- 1911)
 
Mercredi 14 juin : Les grèves. Une grève de chauffeurs à Roubaix. Samedi dernier, 9 chauffeurs de la teinturerie Motte, boulevard de Belfort cessèrent leur travail pour une question de  salaire. De ce fait, les 700 ouvriers de l’Etablissement sont au chômage depuis lundi matin.
 
Vendredi 16 juin : à l’Exposition Internationale du Nord de la France. Une fête de gymnastique la nuit. Une grande fête de nuit aura lieu à l’exposition le dimanche 2 juillet à 8 h30 du soir, avec le concours des sociétés suivantes ; la Roubaisienne, l’Ancienne, l’Avenir du Fresnoy, la Patriote de Croix, et la Gauloise de Wattrelos qui exécuteront sur un vaste podium très élevé des ballets, poses plastiques, pyramides, etc ... Ce podium sera placé à l’entrée de la grande allée face à Luna Park. La foule énorme  qui assiste toujours à ces fêtes pourra aussi voir sans bousculade. 2000 chaises seront placées dans la grande allée. Voilà une fête qui va obtenir un succès colossal.
(L’Avenir de Roubaix-Tourcoing-1911).
 
Samedi 17 juin : Exposition Internationale du Nord de la France- Le concours des Arts de la Femme. Le concours de l’Art de la Femme absolument inédit en notre région, a le mérite de présenter en pleine valeur, les talents aussi variés de la femme française. La merveilleuse exposition qui au milieu des fleurs et de la verdure, déroule actuellement ses splendeurs dans le salon d’honneur du Grand Palais affirme en particulier la grâce des conceptions artistiques, la perfection rare des patients travaux aux ferventes de l’aiguille ou du crochet de l’arrondissement de Lille qui y ont moissonné une abondante récolte de lauriers. Le public féminin qui y afflue sans trêve, ni relâche, se montre enthousiasmé en présences des séductions captivantes sorties des doigts de fée des femmes du monde, à la une des chefs d’œuvres qui ont su émerveiller les professionnels les plus réputés.
D’ailleurs le nombre des visiteurs appartenant pour une forte part au sexe aimable depuis l’ouverture a suivi une progression sans cesse ascendante témoignant avec éloquence l’énorme intérêt soulevé par une manifestation féminine qui accorde une place d’honneur lui revenant de droit au sein de la splendide manifestation d’art et d’industrie du Nord de la France. Aussi l’heure de la clôture de ce tournoi sans précédent sera reculée une fois encore pour permettre aux retardataires de jouir de ce spectacle unique. Le salon des « Arts «  de la femme sera fermé le 19 courant soit lundi soir.
(L’Avenir de Roubaix-Tourcoing-1911).
 
Lundi 19 juin : Congrès des sapeurs pompiers du Nord à Roubaix. Inauguration de la caserne des pompiers. Dimanche matin, plus de 700 officiers, sous officiers et sapeurs pompiers des Compagnies du Nord et du Pas de calais étaient réunis à Roubaix à l’occasion du Congrès de leur Union. On remarquait en plus Messieurs les Commandants J. Frascht, chef du service d’incendie des usines de Rumelange, grand Duché du Luxembourg, Philippe, Président de la Fédération royale belge, Dutoit de Tournai, Daillet d’Etterbeck, Dumont d’Antoing, …..
(L’Avenir de Roubaix-Tourcoing-1911).
 
Mardi 20 juin : A l’exposition internationale de Roubaix. L’union française de la Jeunesse. L’union française de la jeunesse a commencé lundi à 3 heures, la série de ses travaux d’élèves en public dans l’Ecole ménagère du Village flamand- Une foule nombreuse n’a cessé de défiler jusqu’à 6 heures devant les jeunes filles du cours de « coupe » et d’assemblage que dirigeait Mme Le blond leur professeur. Voici le programme des travaux qui auront lieu chaque jour de 3 h à 6 h. Mardi : cours de broderie, professeur Mme Bernard Pilate. Mercredi : cours de couture et de lingerie, Mme Leleux. Jeudi : composition décorative, Melle Duval. Vendredi : coupe et couture : Melle Olivier. Samedi : cuisine et économie domestique, Mme Lefebvre.
(L’Avenir de Roubaix-Tourcoi- 1911).
 
Vendredi 23 juin : Les funérailles de Monsieur Edouard Roussel. La Mairie de Roubaix nous communique la note suivante : les Sociétés et Associations qui désirent prendre part, soit en corps, soit en délégation, au convoi de Monsieur Edouard Roussel, sont priés de se faire inscrire, aujourd’hui vendredi avant 5 heures du soir, au bureau du secrétariat général de la Mairie. Le cortège doit se former dans l’avenue Bossuet avant 10 heures du matin. L’ordre en sera indiqué par des écriteaux spéciaux placés dans cette avenue.
(L’Avenir de Roubaix-Tourcoing- 1911).
 
Samedi 24 juin : Mort de Monsieur Henri Carette. Premier maire socialiste de Roubaix. La mort creuse des vides  au sein des partis politiques de notre ville, mercredi matin, Monsieur Edouard Roussel, premier adjoint au Maire, succombait des suites d’un accident de tramway ; vendredi, c’était au tour du parti socialiste de pleurer l’un des siens. Malade depuis cinq semaines, Monsieur Henri Carette, premier maire socialiste de Roubaix, et très probablement premier maire socialiste de France, a rendu le dernier soupir, hier vers deux heures du matin, terrassé par une congestion pulmonaire consécutive à une violente crise d’albumine. Né à Roubaix en janvier 1846, d’abord tisserand à la  main, puis cabaretier et marchand de journaux, Monsieur Henri Carette se lança bien vite dans la politique socialiste militante. Gérant du journal « Le Forçat », il passa en cour d’assises sous l’inculpation de diffamation et fut condamné à une forte amende ainsi qu’à de la prison.
 
Passé en Belgique pour éviter la geôle, le jeune militant n’y séjourna pas longtemps, poussé par la misère, il rentra en France et se livra à la Justice. On le libéra peu  après, les frais et amende ayant été payés avec le produit d’une souscription ouverte par ses amis.
 
Conseiller municipal de la minorité avec son collègue Achille Lepers, aujourd’hui encore au Conseil municipal- sous l’administration de Léon Allart et julien Lagache, Monsieur Henri Carette fut nommé Maire en 1892, la liste socialiste venant pour la première fois à Roubaix, de triompher des réactionnaires. Le projet de suppression de l’octroi de Roubaix ayant été repoussé par la Chambre des députés, Monsieur Carette démissionna avec toute sa liste le 17 décembre 1901. Il fonda alors  le Parti socialiste roubaisien, avec quelques dissidents du Parti Ouvrier et présenta une liste aux élections municipales. Quelques candidats furent élus mais lui resta sur le carreau. Découragé, fatigué de la lutte ardente qu’il menait depuis de longues années Monsieur Carette abandonna définitivement la vie politique. Elu en juillet  1892 Conseiller général à la place de Monsieur Julien Lagache, battu en 1895 par Monsieur Eugène Motte qui faisait son entrée dans la vie politique, Monsieur Henri Carette a connu des heures de célébrité surtout lorsqu’il exploitait le Bar social rue de l’Alma, 101.  Homme honnête, absolument désintéressé, Monsieur Henri Carette ne gagna pas un sou à faire de la politique et s’il n’a pas connu la faim dans les dernières années de sa vie, c’est que des personnalités politiques lui firent obtenir un débit de tabac qu’il exploitait avec sa famille à l’angle du boulevard de Mulhouse et de la rue Beaumarchais. On doit à l’administration de Monsieur Carette les cantines scolaires, les distributions de vêtements aux écoliers pauvres, les distributions de gâteaux aux écoliers, le jour de la Fête nationale.
 
Les funérailles civiles de Monsieur Henri Carette, qui était Président de la Libre pensée roubaisienne, auront lieu dimanche 25 courant à 3 h ½ de l’après midi.
(L’Avenir de Roubaix-Tourcoing- 1911).
 
Mardi 27 juin : Le ruban violet. A l’occasion des fêtes de Dunkerque, le Gouvernement de la république a décerné les palmes académiques à Monsieur Jules Gressier, membre du Choral Nadaud, pendant 18 ans, membre du jury des concours de chant de la ville de Roubaix depuis 15 ans, secrétaire de la société de secours mutuels « L’Employé », secrétaire général de l’Union mutualiste des cantons de Roubaix, administrateur de la caisse de chômage. Toutes nos félicitations à Monsieur Gressier dont tout le monde connaît le dévouement et qui ne compte que des amis dans cette ville.
(L’Avenir de Roubaix-Tourcoing-1911)
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.