Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LA SOCIETE INDUSTRIELLE > Le monde du travail > Les consulats à Roubaix

Les consulats à Roubaix

goole+ facebook twitter
Pays
Nom des Consuls
Dates
Adresse à Roubaix
 
Allemagne
 
 
Frédéric Bastin - Consul
 
 
1910-1914
 
 
93, rue d’Inkermann
 
 
Belgique
 
Léon Allart - Consul
Achille Rousseau – Consul
Gustave Fairon - Consul
 
 
1872-1906
1906-1920
1921-1926
 
142, Grande Rue
-« -
4, rue Nationale
 
Danemark
 
Victor Glorieux - Consul
Henri Glorieux - Consul
Achille Glorieux - Consul
 
 
1884-1890
1890-1929
1929-1963
 
 
Bld. de Paris
rue du Danemark
-« -
 
Etats Unis
 
William Wilson – Vice Consul
César Piat - Consul
Georges Motte – Vice Consul
Alfred C. Harrisson - Consul
Gaston Thiery – Vice Consul
 
 
1873-1875
1875-1891
1891-1901
1899-1900
1900-1919
 
 
25, rue de l’Hospice
18, rue des Usines
Usine Motte Bossut
53, rue de la Gare
 
 
Grande Bretagne
 
 
William Wilson - Consul
 
 
1871-
 
 
25, rue de l’Hospice
 
Lituanie
 
 
Henri Louis Dubly - Consul
 
 
1936-1940
 
19, rue des Arts
 
Malte
 
 
Joseph Despature - Consul
 
 
1970-1980
 
15, rue Fosse aux Chênes
 
Pays Bas
 
Auguste Lepoutre - Consul
Georges Mathon – Vice Consul
Eugène Plouy de Goët – Vice Consul
 
 
1873-1875
1896-1903
1903-1910
 
26, rue d’Alsace
43, rue de Lorraine
 
Uruguay
 
José Charlet - Consul
Thomas Comamala – Vice Consul
 
 
1909-1912
1912
 
 
19, rue Pauvrée
8, rue du Château
 
 

 

QUAND LE DRAPEAU AMERICAIN FLOTTAIT SUR L’USINE MOTTE BOSSUT …

1891 – 1901 – GEORGES MOTTE

 

C’est un grand industriel roubaisien qui fut nommé Agent Consulaire, puis Vice-Consul des Etats Unis en 1891.

Fils de Louis MOTTE-BOSSUT, Georges MOTTE dirigeait l’importante société familiale créée par son père Louis, frère d’Alfred MOTTE et cousin germain du célèbre Eugène MOTTE, Député Maire de ROUBAIX.

 

Monsieur& Madame Georges MOTTE-DELATTRE sont les arrières grands parents de Mary MATHON, épouse de Bernard SCHAEFFER, Consul du Sénégal et de Suède et Président de la SOCIETE D’EMULATION DE ROUBAIX, après Gaston MOTTE, fils de Georges MOTTE DELATTRE.

MOTTE-BOSSUT, « l’usine monstre » aujourd’hui Musée des Archives du Monde du Travail, était la filature « la plus considérable de l’époque ».

 

UN CONSULAT DE LITUANIE – RUE DES ARTS A ROUBAIX

1936 – 1940 – HENRI LOUIS DUBLY

Henri-Louis DUBLY, né le 5 Avril 1901 à ROUBAIX était marié, père de trois enfants et domicilié 19, rue des Arts à ROUBAIX, à l’époque de sa nomination.

Henr-Louis DUBLY avait fait des études secondaires au Collège Notre Dame des Victoires à ROUBAIX. Il passait pour être un fin lettré. Bien que ne faisant pas profession d’écrivain, il fut l’auteur de nombreux livres sur des hommes contemporains. Il a rédigé notamment des biographies de Clemenceau, du Maréchal Lyautey et du Cardinal Mercier. Ce dernier ouvrage, traduit en anglais, fut particulièrement apprécié en Grande-Bretagne.

 

Apparenté à la bourgeoisie industrielle de ROUBAIX, Henri-Louis DUBLY s’intéressa beaucoup aux mouvements sociaux régionaux, si importants entre les deux guerres. Ses qualités d’écrivain et ses dons d’observation nous ont laissé de merveilleux ouvrages sur la société et les grands hommes de son époque et nous citerons, en particulier, le livre qu’il a écrit sur Eugène MATHON, l’une des belles figures emblématiques du patronat de l’époque « Vers un ordre économique et social » - Eugène MATHON.

En 1945, Henri-Louis DUBLY devint, à PARIS, l’un des animateurs du Centre Français du Patronal Chrétien.

Officier d’Etat-Major de réserve, titulaire de nombreuses décorations étrangères, Henri-Louis DUBLY faisait partie du « Cercle Interallié de Paris » et de nombreux groupements littéraires. Il était, en particulier, le Délégué Général de la Société des Orateurs et Conférenciers, dont le siège était à PARIS, rue Saint Gabriel et faisait de nombreuses conférences dans la région de LILLE ainsi qu’à BRUXELLES, ANVERS, GAND etc. …

Le Commissaire Divisionnaire de « Police Spéciale » à LILLE signalait en 1936, au Préfet du Nord : « Henri-Louis DUBLY est excellemment considéré à tous les points de vue. Catholique, il se tient à l’écart de la politique, mais peut être qualifié de républicain modéré ».

Henri-Louis DUBLY ne reçut jamais la notification officielle de la fermeture du Consulat de sa chère LITUANIE qui ne se manifesta plus : l’Union Soviétique avait d’autres ambitions politiques et diplomatiques.

…. En 1945, il n’y avait plus de Consulat de LITUANIE dans le Nord.

 

LEON ALLART – MAIRE DE ROUBAIX (1880 – 1884)
CONSUL DE BELGIQUE (1872 – 1906)


1872 – PREMIER CONSULAT DE BELGIQUE A ROUBAIX



Pourquoi un Consulat de BELGIQUE à ROUBAIX, si proche de TOURCOING … ? Le Maire de ROUBAIX écrivait le 23 Janvier 1972 au Baron BEYENS – Ministre du Royaume de BELGIQUE à PARIS, une longue lettre dans laquelle on peut lire, entre autres arguments :

« On objectera peut-être qu’il y a déjà un Consulat Belge à Tourcoing et que la distance entre les deux villes n’est pas grande, mais cette distance est telle qu’elle a occasionné, pour des besoins très fréquents la perte d’une journée : c’est là une perte sensible pour un ouvrier et vous savez que vos nationaux comptent à peu près pour moitié dans la population ».

A ROUBAIX, les choses ont été beaucoup plus calmes, puisque le premier Consul de BELGIQUE dans cette ville fut Monsieur Léon ALLART (1837-1906) nommé le 17 Avril 1872 et qui avait épousé Blanche SIOEN (1850-1907), fille du Docteur SIOEN – Consul de BELGIQUE à TOURCOING.

Rue Léon Allart
Léon ALLART était le fil de celui qui fonda, à ROUBAIX, en 1849, un peignage de laines – Boulevard Gambetta – A l’âge de 25 ans, après avoir fait de solides études techniques, Léon ALLART en devint le gérant. Il en fit l’une des usines les plus importantes d’Europe. Il introduisit à ROUBAIX l’industrie du feutre et fonda à LODZ (Pologne) de nombreuses usines. Léon ALLART devint Conseiller Municipal en 1876, Adjoint au Maire de 1878 à 1880 et enfin Maire de ROUBAIX de 1880 à 1884.
« Les Rues de Roubaix » - Tome I

Léon ALLART sollicite, en 1904, pour son beau-frère Achille ROUSSEAU, la fonction de Vice-Consul de BELGIQUE à ROUBAIX.

« Célibataire, honorablement connu à Roubaix, né à Villerau (Nord) le 19 Avril 1852, avocat et associé du Peignage de Laines ALLART-ROUSSEAU et Cie, demeurant Grande Rue n° 142, très éclairé en matière commerciale, Monsieur ROUSSEAU jouit d’une grande considération. Il est de nationalité française. Au point de vue politique, il se dit Républicain libéral progressiste. Il a été longtemps Délégué Cantonal et il est Conseiller Municipal depuis le 19 Janvier 1902 »

« Avis favorable du Commissariat Central de Roubaix du 9 Septembre 1904 »

Léon ALLART et Achille ROUSSEAU étaient associés dans l’important Peignage ALLART-ROUSSEAU et Cie, ainsi décrit dans le catalogue de l’Exposition Universelle de 1911 à ROUBAIX :

« COMPAGNIE GENERALE DES INDUSTRIES TEXTILES » (anciennement Léon ALLART et Cie)
ALLART-ROUSSEAU et Cie – 142, Grande Rue et Rue Nadaud à ROUBAIX.
Lavage et Peignage de Laines – Fabrique de Potasse – Fabrique d’Engrais.
La maison ALLART-ROUSSEAU a introduit les premières peigneuses à ROUBAIX en 1849, a exposé des laines brutes, laines lavées, laines peignées, déchets, engrais et potasses – 1460 ouvriers et ouvrières.
La fabrique de feutre pour chapeaux occupe environ 182 ouvriers et ouvrières. Elle a été fondée en 1888 ; celle du feutre en pièces en 1881.
Récompenses : Liège 1905 – Bruxelles 1910
Cette Maison possède également une filature de laines peignées à LODZ en POLOGNE.

Mais, ne nous trompons pas. Si être Consul de BELGIQUE à ROUBAIX était, sans aucun doute, un honneur, la charge ne présentait pas que des avantages en cette époque mouvementée du Socialisme, de l’immigration et « l’exploitation industrielle ».




PROTESTATION
Les socialistes flamands, habitant le Département du Nord de la France, protestent avec énergie contre les expulsions inhumaines dont un grand nombre de leurs compatriotes ont été dernièrement victimes. Ces expulsions sont le fait du Commissariat Central de la ville de ROUBAIX et du Maire. Ce dernier, qu’on le sache, est en même temps Consul de Belgique ! et, au lieu de nous soutenir comme son devoir de Consul l’y oblige, il nous expulse brutalement d’un pays où nous travaillons et gagnons hautement notre pain, ce qui n’est pas toujours possible dans notre patrie.
Ouvriers belges, habitant ici, vous le voyez, notre Consul, au lieu d’être notre protecteur comme cela devrait être, est notre bourreau. Et les deux gouvernements intéressés se donnent la main pour nous martyriser.
Nous demandons donc de la République : droit, travail et liberté et à notre Gouvernement : la révocation du Consul, dans les bureaux duquel sont fabriqués les arrêtés d’expulsion.
Mais à vous, ouvriers belges, nous demandons davantage : fraternisez avec les ouvriers français et aidez-nous dans la propagande socialiste que nous faisons pour arriver au plus vite à débarrasser le peuple de ses sangsues et de ses oppresseurs !
Vive la Fraternité des Peuples ! Vive le Socialisme !

Etre Consul de BELGIQUE et Maire dans une commune comptant plus de 50% de Belges « étrangers » n’était pas une situation toujours enviable.

En 1906, Monsieur Achille ROUSSEAU succède à Léon ALLART au poste de Consul de BELGIQUE à ROUBAIX qu’il occupera jusqu’en 1920.


LILLE CAPITALE DIPLOMATIQUE
1817-2000
Deux siècles d’immigration dans la Région Nord Pas de Calais
Bernard SCHAEFFER
Editions PUBLI NORD

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


par PLOUY Xavier le 08/05/2016
dans la liste des consulats à Roubaix, dans la rubrique Pays Bas, il y a une faute d'orthographe sur le nom de mon grand père. il s'agit de Eugène PLOUY de GOER et non pas GOET comme indiqué. merci de vouloir bien rectifier