Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES ENGAGES > Gens de Roubaix > Léon Marlot

Léon Marlot

goole+ facebook twitter

Léon Marlot, jeune résistant roubaisien

Pendant la Première Guerre mondiale

 

Dossier de Monsieur Jean-Pierre Delahotte,

Secrétaire de l’association Espace du Souvenir de Roubaix

Documents pour une biographie, Juillet 2013

 

Stèle de Léon Marlot au sein du carré militaire du cimetière de Roubaix

Photo Jean-Pierre Delahotte

 

Pour qui voudrait mieux connaître Léon Marlot, voici ci-dessous la transcription de deux documents dont les originaux sont consultables en Médiathèque de Roubaix.

Le premier de ces documents a été offert par le Journal de Roubaix à l’occasion de l’inauguration du monument élevé à la mémoire de Léon Marlot, le dimanche 29 mars 1925.

Il s’intitule :

« L’Histoire d’un Héros de dix-sept ans fusillé par les Allemands :

Léon Marlot, Chevalier de la Légion d’Honneur »

(Cote Médiathèque RES BR 4/1346)

Ce texte a déjà connu une première mise en valeur dans la plaquette de l’association Espace du Souvenir de Roubaix (Numéro 4. Tome 1 - Janvier 2011 - Spécial Résistance 1914-1918).

 

En effet, la sépulture de Léon Marlot se trouve dans le carré militaire du cimetière de Roubaix, cimetière que cherche à faire connaître l’association Espace du Souvenir. C’est un membre de l’association, par ailleurs adjoint au Maire de Roubaix, Monsieur Henri Planckaert, qui a retrouvé cette sépulture.

 

Le second de ces documents est la transcription d’une chanson honorant Léon Marlot, dont les paroles et la musique ont été composées par Henri Palanchier.

 

Cette chanson est intitulée « Hommage à Léon Marlot : jeune héros roubaisien fusillé par les Allemands à Tournai le 23 Juillet 1918 ». Selon une mention portée sur la partition pour le chant seul, elle aurait été vendue au profit des aveugles de guerre (Cote Médiathèque RES (BR) 4/1123).

Ces documents sont intéressants au titre des informations d’ordre biographique qu’ils présentent. Ainsi, le document diffusé par le Journal de Roubaix contient le texte de la dernière lettre du jeune homme à sa famille. Par ailleurs, article et chanson reflètent, dans le vocabulaire et les valeurs mises en avant, le type d’hommage rendu aux soldats et, comme ici, aux résistants de la Première Guerre mondiale encore plusieurs années après le conflit.

Aujourd’hui, la figure de Léon Marlot est toujours honorée à Roubaix, à l’occasion par exemple du centenaire de son certificat d’étude, fêté en 2013 dans l’école qui porte son nom, avenue Linné.

Jean-Pierre Delahotte,

Secrétaire de l’association Espace du Souvenir de Roubaix

 

 

La publication du Journal de Roubaix

 

 

Première page du document offert par le Journal de Roubaix.

Médiathèque et Archives de Roubaix. Cote RES BR 4/1346

 

 

Un douloureux et glorieux épisode de l’occupation à Roubaix

 

Parmi les pages les plus glorieuses et les plus douloureuses à la fois que la guerre et l’occupation ont ajoutées à notre histoire nationale, il en est une que les Roubaisiens doivent connaître particulièrement. Et cette page est, d’autant plus belle et plus émouvante qu’elle fut écrite en lettres de sang par un enfant de notre cité : Léon Marlot.

 

A dix-sept ans, verser volontairement son sang, offrir sa jeunesse et sa vie pour servir son pays, n’est-ce point le plus sublime des sacrifices ? Et, lorsqu’on y songe, on est porté à se demander comment, à cet âge, le cœur peut contenir tant de noble fierté, de si viriles résolutions, tant d’abnégation et d’énergie à les mettre en pratique, malgré tous les dangers. C’est que Léon Marlot avait une double passion : l’amour de la France et la haine du Boche. Cette passion en fit un héros, un émule des Bara et des Viala. La légende n’a point ici de place : la réalité historique est plus belle que toutes les légendes. Combien nous regrettons cependant, de n’en point connaître à fond les épisodes tragiques, de ne pouvoir retracer par le menu les hauts faits qui méritèrent à Léon Marlot, cette belle citation posthume, signée du maréchal Pétain :

 

Le maréchal de France, commandant en chef les armées du Nord et de l’Est, cite à l’ordre de l’armée :

 

« Marlot Léon, de Roubaix, jeune Français âgé de 17 ans. Alors que les Allemands voulaient le forcer à travailler à leurs lignes de la région de Lens, a tenté de s’évader vers les lignes alliées, emportant le plan de nombreux dépôts de munitions ennemis qu’il avait relevé. Pris au cours de sa tentative d’évasion, jugé par un tribunal militaire, a été fusillé à Tournai, le 23 Juillet 1918. A refusé d’avoir les yeux bandés et est tombé en criant : « Vive la France ! »

 

 

POUR SERVIR LA FRANCE

 

Le laconisme de ce style militaire résume trop brièvement les actions de Léon Marlot et, malheureusement, les renseignements sont peu nombreux que nous avons pu recueillir sur lui, sa famille ayant quitté Roubaix depuis plusieurs années. Nous les devons, d’ailleurs, au zèle et à l’affectueuse sollicitude de son ancien instituteur de l’école de l’avenue Linné, M. Bonnet.

 

Lorsqu’en août 1914, la grande guerre commença de tout bouleverser, Léon Marlot venait de quitter l’école. Il avait obtenu le certificat d’études primaires, et le souvenir qu’il laissait à ses camarades et à son maître était celui d’un bon élève, courageux et tenace. Sitôt la mobilisation, quoique bien jeune encore, il se révèle un fervent patriote. Se passionnant aux évènements, il lit avec avidité tout ce qui a trait aux opérations militaires et met tout son espoir dans la victoire de la France.

 

Vient l’occupation ; Léon Marlot refuse de travailler pour les Allemands. Il n’en est pas moins envoyé, en avril 1916, casser des cailloux sur les routes des Ardennes. Mais bientôt, à cause de son jeune âge, il est renvoyé à Roubaix. Sans cesse hanté par l’idée de servir sa Patrie, il va rôder dans les remparts de Lille, autour des mitrailleuses et des installations allemandes, dans l’espoir de recueillir des renseignements utiles pour nos troupes. Suspecté d’espionnage, il est arrêté et envoyé au camp d’aviation de Noyelles.

 

De nouveau obligé à travailler pour l’ennemi, il n’a plus qu’un but : se libérer de ce pénible esclavage. L’occasion tant attendue se présente un jour. Un aviateur allemand ayant abandonné son appareil à proximité de l’endroit où il travaille, Léon Marlot bondit dans l’avion. Il manœuvre les leviers… Pas assez vite cependant. Des soldats allemands l’ont aperçu. Ils se précipitent sur le jeune évadé, l’arrachent de la carlingue et, pour assouvir leur rage, ils le rouent de coups jusqu’à le laisser pour mort sur le terrain.

 

Léon Marlot se rétablit cependant et, quelque temps après, il est prêt pour une nouvelle tentative d’évasion. Nous ne pouvons mieux faire que lui céder la parole et l’écouter raconter lui-même les péripéties de son arrestation, dans une lettre qu’il adressa plus tard à ses parents.

 

"Je songeai à rejoindre les Anglais dont j’étais si près. Le 5 avril 1918, après avoir rassemblé le plus de renseignements susceptibles de rendre service aux nôtres, je partis de Noyelles-Godault et me dirigeai vers Lens, éloignée de huit kilomètres. Il était nuit. Après avoir évité les postes et soldats échelonnés le long du trajet et passé, non sans peine, quelques lignes de fils de fer barbelés, j’arrivai aux tranchées du front allemand. Au milieu des ruines de Lens, je me reposai sur une large pierre qui devait avoir servi de soutien à une statue, d’après les débris que je voyais autour de moi ; puis je repris ma route à travers les fils barbelés, les ruines, les tranchées, les trous d’obus.

 

De temps en temps, les mitrailleuses crépitaient, les obus sifflaient dans l’espace. Après avoir rampé pendant au moins une heure et demie et m’être caché dans les trous, j’arrivai vers la deuxième ligne d’infanterie allemande, lorsque je dus essuyer le feu d’une mitrailleuse ennemie, dont les servants m’avaient aperçu. Par trois fois, elle essaya de m’atteindre. Je rampai bien vite dans un entonnoir d’au moins trois mètres de profondeur et j’y restai blotti pendant une demi-heure.

 

Quand tout fut calmé, je repris ma route, car je voyais que l’horizon blanchissait. Malheureusement, je pris un boyau de tranchée qui se trouvait sur ma droite. Je fus arrêté rudement par des soldats occupés à arranger les parois. Ils me remirent à leur lieutenant, qui me fit conduire dans la grande tranchée du front où se trouvent les bureaux. J’y fus fouillé, puis dirigé vers l’arrière.

 

A la kommandantur de Courrières, deux agents de la police secrète me firent déshabiller et visitèrent de fond en comble mes vêtements. Après cet examen, ils me firent monter en auto et me conduisirent à Tournai. Un commissaire allemand m’y fit écrouer vers 11 heures, après m’avoir interrogé sur le plan d’un dépôt de munitions dont j’avais été trouvé porteur.

 

Le mercredi 15 mai, je fus jugé et reconnu coupable du crime de trahison, d’espionnage pour l’ennemi. Condamné à la peine de mort, avec circonstances atténuantes, je crois, d’après le sergent de la prison, que je partirai plutôt en Allemagne…"

 

LA MORT D’UN BRAVE

 

Mais, n’était-ce point un pieux mensonge que cette ultime espérance qu’il voulait laisser aux siens ? Et bien souvent, sans doute, dans l’obscur et douloureux silence de sa froide cellule, le petit détenu songeait à sa famille… Il savait qu’il ne la reverrait plus, que sa destinée à lui c’était la mort. Et cette mort, il l’accepta sans une larme, sans un regret apparent, trop fier pour laisser voir au Boche odieux, que son cœur d’enfant saignait d’une cruelle blessure…

 

Elle vint, le 23 Juillet 1918. Tandis que nos troupes commençaient leur offensive victorieuse, crânement, sans forfanterie, en vaillant Français, offrant sa jeune poitrine aux balles ennemies, après avoir refusé qu’on lui bandât les yeux, Léon Marlot tomba en poussant ce cri qui fut tout son idéal : « Vive la France ! »

 

LA DERNIÈRE LETTRE DE LÉON MARLOT

 

Avant de mourir, Léon Marlot avait envoyé à ses parents, par les bons soins de son aumônier, cette lettre sublime :

 

Tournai, le 23 Juillet 1918.

Très cher Papa, très chère Maman,

Chers Frères et chères Sœurs.

 

Vous dire la douleur horrible qui trouble mon âme en ce moment, m’est impossible ; mon être entier frémit et frissonne ! Oh ! Très chère maman, console-toi, tant d’hommes meurent en ce moment ; console-toi de la mienne, oh ! bien chère maman, oui, vois-tu, je vais mourir ; ce soir à 8 heures, je ne serai plus de ce monde ; oui, j’aurai quitté cette terre de larmes et de gémissements pour Lui rendre compte de ma vie, hélas ! Si courte. Oh ! Maman, pardonne-moi les peines que je t’ai causées par mes inconduites et mon indocilité ; je vous demande aussi pardon, chers frères et sœurs du mal que j’ai pu vous faire et du mauvais exemple que j’ai pu vous montrer.

 

Soyez toujours bons, généreux, pieux et vertueux surtout, car la vie ici-bas n’est qu’un passage, vous le voyez par moi-même ; aussi soyez toujours chrétiens. Remettez-vous entièrement de votre vie entre les mains de Dieu, faites sa sainte volonté ; soumettez-vous-y et vous gagnerez le ciel.

 

Soyez certains que je prierai beaucoup pour vous là-haut, particulièrement pour toi, chère mère et aussi pour papa ; dites-lui que je lui demande pardon aussi pour les fautes et les peines que je lui ai causées, dites-lui que j’étais décidé à mener une vie toute autre que je n’avais menée jusqu’ici ; je m’aurais consacré entièrement à votre bonheur terrestre et surtout éternel.

 

Oh ! Maman, je te prie de redoubler d’affection pour mes chers frères que je n’ai pu, hélas ! Revoir une dernière fois. J’ai pensé à toute la famille, et notamment à mon cher père qui s’est exposé pour la patrie : en retour, priez souvent pour le repos de mon âme.

 

Je meurs content, victime de mon dévouement patriotique et réconforté d’ailleurs par la Sainte Communion.

 

Votre très affectionné fils et frère,

Signé : MARLOT Léon,

Caserne rue de la Citadelle,

Tournai, le 23 Juillet 1918. - 4 ½ (soir)

 

 

POUR SA MÉMOIRE

 

La glorieuse dépouille du jeune héros, reposa, durant près de quatre ans, dans un cimetière de Tournai. Exhumé en Juin 1922, il dort maintenant son dernier sommeil dans la nécropole de sa ville natale, aux côtés de ceux qui tombèrent sur le champ de bataille, ses frères des tranchées. Une stèle pareille à celle de nos soldats s’élève sur le tertre de sa tombe, que des mains amies viennent fleurir pieusement.

 

En décembre dernier, la Croix de la Légion d’Honneur fut attribuée à la mémoire du vaillant petit Roubaisien.

 

L’admiration, la vénération vouée à Léon Marlot, nous devions la graver dans la pierre.

 

Un monument Léon Marlot ! Quelle belle manière d’exalter la mémoire de celui qui incarna, durant l’occupation, les plus hautes aspirations de nos cœurs, de celui qui restera le plus pur et le grandiose symbole de nos douleurs et de nos souffrances ! Notre ville se devait d’élever un monument, qui dira aux jeunes Roubaisiens des futures générations, qu’un de leurs aînés, à peine sorti des bancs de l’école, ayant voué une sainte et implacable haine à l’envahisseur, résista à ses ordres barbares, et qu’ayant donné tout son cœur à sa Patrie, il voulut, lui aussi, la défendre comme les poilus sur les champs de bataille, et versa généreusement son sang pour la servir…

 

Ce monument, dû à l’initiative des Combattants Roubaisiens, est inauguré aujourd’hui, dimanche 29 mars, à 11 heures 15, à l’école de l’avenue Linné. En assistant à cette cérémonie, nos concitoyens accompliront leur devoir de reconnaissance et d’admiration envers cet enfant du peuple qui incarnait les plus belles vertus de la race française, envers ce héros parfait, qui a sa place parmi les plus pures figures de notre France, envers les maîtres qui ont forgé son âme, envers la famille, qui a formé et fortifié son cœur.

 

LA CHANSON-HOMMAGE

 

Première page de la partition

Médiathèque et Archives de Roubaix.

Cote RES (BR) 4/1123

 

 

Hommage à Léon MARLOT

Paroles et Musique d’Henri PALANCHIER

 

1.

Parmi les braves guerriers

De la terrible guerre,

Un Roubaisien, jeune ouvrier,

Pour la patrie quitta sa mère ;

Ce petit gars, ce grand héros

Donna sa vie pour nous sauver,

Aussi son nom : « Léon Marlot »

Dans tous nos cœurs sera gravé.

 

REFRAIN

 

En bonne santé, marchant de bon cœur,

Gaiement, il luttait sans trêve et sans peur.

Pour son Pays donna sa vie

Et pour toujours s’est endormi,

S’est endormi pour la Patrie.

 

2.

Ce n’est qu’un adolescent

Et, malgré son jeune âge,

Suit ses aînés combattant

Sans peur il brave le carnage,

A travers champs, villes et hameaux,

Vigilant, déjoue l’ennemi,

Notant les plans de leurs travaux

Pour son Pays et ses amis.

(Au refrain)

 

3.

Mais l’implacable ennemi

Un jour a mis entrave :

Entre ses mains, ce cher ami,

Prisonnier il tombe en brave

Et, sans remord, près du tombeau

Confiant, gardant l’espérance,

Meurt crânement face aux bourreaux,

Criant : « Vive la  France » !

(Au refrain)

 

4.

A nos enfants nous dirons

Ton émouvante histoire :

A l’avenir ils marcheront

Comme toi à la Victoire.

Adieu, Marlot, repose en paix :

Triomphants, les Poilus de France

Sous leurs drapeaux pleins de vaillance

Ont reconquis ton cher Roubaix.

(Au refrain)

 

5.

Dans la coquette cité,

A l’ombre d’un bocage

Un monument sera monté

Souvenir de ton courage

Et quand, par-là, nous passerons

En priant, l’âme attristée,

Et pieusement nous saluerons,

Remémorant ton épopée.

(Au refrain)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.