Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES EPHEMERIDES > Arts et loisirs > Ephémérides roubaisiennes - 16 au 22 DECEMBRE

Ephémérides roubaisiennes - 16 au 22 DECEMBRE

goole+ facebook twitter

 

 

 

LES EPHEMERIDES ROUBAISIENNES

 

 

SEMAINE DU 16 AU 22 DECEMBRE :

 

16 décembre 1723 : 

Mgr Méliant, intendant de Flandre, autorise sur leur requête, les égards jurés de la manufacture de Roubaix à faire les visites ordinaires des manufactures dans les paroisses de Wattrelos, de Lys lez Lannoy, de Leers, de Toufflers et de Sailly, pour y faire observer les privilèges et les ordonnances de police relatives auxdites manufactures et poursuivre les fraudes et contraventions qu’ils découvriront. (Archives de Roubaix, HH, 41 p.49 verso).

 17 décembre 1861 : 

Acquisition du terrain nécessaire à l’emplacement du réservoir des eaux de la Lys à Roubaix. (Rapport sur l’administration et la situation des affaires de la ville de Roubaix, 1863, T.IV, section III).

 18 décembre 1428 : 

Arrivée à Lisbonne de la noble ambassade conduite par messire Jean, seigneur de Roubaix, que le duc de Bourgogne avait chargé d’aller négocier son mariage avec Madame isabelle, fille du roi Jean 1er du Portugal. Les ambassadeurs envoyèrent incontinent leur roi d’armes vers le roi de Portugal, pour lui faire connaître leur venue et le but de leur mission. Le roi envoya au devant d’eux des princes du sang, des gentilshommes, des personnes notables en grande et belle compagnie, et leur fit honorable et joyeuse réception. Il les reçut lui-même en son conseil, où assistaient les Infant, et les négociations commencèrent.

 Entre temps les ambassadeurs faisaient peindre bien au vif la figure de l’Infante Elisabeth, par Maître Jean van Eyck, valet de chambre de Mgr de Bourgogne, et excellent maître en art de peinture. Ils s’informaient avec grand soin de la renommée, des mœurs et vertus de la dite dame, et de côté recueillaient les renseignements les plus satisfaisants qu’ils firent parvenir au duc en février 1429, par quatre messagers, deux par terre et deux par mer, chargés en outre de lui transmettre le portrait de Madame Elisabeth, et de l’instruire de ce qui avait été fait touchant les négociations.

 Et attendant les nouvelles du duc, le seigneur de Roubaix, messire Bauduin de Lannoy, André de Toulongeon et autres gentilshommes et familiers se rendirent à Saint Jacques en Galice, visitèrent le duc d’Arjonne, le roi de Grenade et plusieurs autres seigneurs, pays et lieux. Ils furent de retour à Lisbonne à la fin de mai, pour assister à la première entrée et joyeuse réception de Madame Eléonore, épouse de l’infant Edouard, héritier présomptif de la couronne du Portugal.

 Les nouvelle du duc arrivèrent ; son bon plaisir était qu’on poursuivit les négociations, et tant y travaillèrent les ambassadeurs avec le roi et les infants que le traité fut conclu à Cintra le 6 juin, et le contrat passé devant notaire le 24 juillet suivant. Le lendemain dimanche, à 7 heures du matin, le seigneur de Roubaix, au nom du duc de Bourgogne et ayant de lui suffisant et spécial pouvoir, épousa par procuration Madame Elisabeth, en présence du roi, de la famille royale, de plusieurs prélats, chevalier et dames de tous états et en grand nombre. (Th.Leuridan, Histoire de Roubaix, T.III. p.118).

 19 décembre  1638 : 

Naissance du chanoine Philippe Dominique Delespaul, fondateur de l’hospice des orphelins de Roubaix, fils de Pierre et de marie Delebecque.

 20 décembre 1857 :

Un incendie éclate à minuit dans l’établissement du gaz sur la route de Tourcoing. Au premier signal les pompiers se trouvaient sur le lieu du sinistre ainsi qu’un assez grand nombre d’habitants ; mais la crainte d’une explosion retenait au dehors une partie de ceux qui auraient pu porter secours. Le danger était grand en effet et l’aspect de cet incendie était effrayant, le premier corps de bâtiment, touchant à la rue, ressemblait à une immense fournaise. Cependant les pompiers aidés de quelques bourgeois et des frères des écoles chrétiennes, qui en cette occasion comme toujours furent admirables de courage, ne cessèrent  pas de manœuvrer leurs pompes au plus fort de l’incendie.Le péril était encore plus grand dans le second bâtiment à cause de sa proximité d’un des gazomètres, et, bien que le feu y eût gagné jusqu’à l’extrémité, un des ouvriers y était resté pour assurer les moyens de couper toute communication. Des pompiers le secondaient en apportant de l’argile mouillée et aidant à boucher toutes les issues du gaz. Le pompier Salembier se distingua surtout dans ce travail si dangereux. Pendant ce temps , les caporaux Delannoy et Duvivier se tenaient sur le faîte du toit, au centre de l’incendie, et de là dirigeaient l’eau des pompes partout où cela leur paraissant le plus nécessaire. Enfin, après deux heures de travail, on était maître du feu.La société Desclée frères et Cie reconnut l’immense service que lui avaient rendu les sapeurs pompiers et leur brace capitaine M. Auguste Grimonprez, par le don d’une magnifique médaille en or de très grand module. (Th.Leuridan, Histoire de Roubaix, T.IV, p.312).

 21 décembre 1679 : 

Claude Lamoral, premier prince de Ligne, d’Amblize et du saint Empire, marquis de Roubaix, grand d’Espagne, chevalier de la Toison d’Or, vice-roi d’Italie, gouverneur du Milanais, meurt à Madrid. Son corps est transporté à Beloeil, où il est enterré ; il avait épousé Claire Marie de Nasseau-Siegen, veuve d’Albert Henri de Ligne, son frère aîné.

 22 décembre 1772 :

 Une ordonnance des magistrats de Roubaix arrête, qu’à l’avenir deux préposés jurés achèteront seuls chez les redoubleurs, redoubleuses, retordeurs, travailleurs à l’outil et autres ouvriers de la manufacture, les pluquins ou déchets provenant des laines qui auront été confiées aux dits ouvriers, pour être filées et tissées. (Archives de Roubaix, HH 41 F) 169 verso).

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.