Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES EPHEMERIDES > Arts et loisirs > EPHEMERIDES ROUBAISIENNES - semaine du 26 mars au 1er avril

EPHEMERIDES ROUBAISIENNES - semaine du 26 mars au 1er avril

goole+ facebook twitter
 
 
LES EPHEMERIDES ROUBAISIENNES

Semaine du 26 mars au 1er AVRIL




26 MARS 1837 :

Mademoiselle Pauline Lepoutre, en religion sœur Marie Joseph de l’Enfant Jésus, fille des fondateurs des Carmélites de Roubaix, meurt à Gand. Elle avait pris le voile à Roubaix, le 22 juin. (Th.Leuridan. Histoire de Roubaix, t.II,p.72).

27 MARS 1695 :

Les principaux habitants de Roubaix signent un concordat par lequel ils s’engagent à désintéresser, à frais communs, ceux d’entre eux qui seraient enlevés, comme otages, par l’ennemi.

28 MARS 1879 :

Le Conseil municipal, sur le rapport de M.P.Flipo,  adopte :
1er le projet de construction de bassins, clôtures et cabanes de l’école de natation ;
2ème la demande de prise d’eau dans le canal de Roubaix pour l’alimentation de cette école,
3ème l’acquisition d’une machine fixe, - et renvoie, pour nouvelle étude, à la Commission spéciale, le projet de construction d’une maison d’habitation avec café-restaurant. (Rapport sur l’Administration et la situation des affaires de la ville de Roubaix pendant l’année 1879).


29 MARS 1866 :

Le Conseil municipal de Roubaix vote un crédit de 1 000 francs pour prendre 5 actions de la société des Amis des Arts, formée à l’occasion de l’exposition de peinture de Lille. (Rapport sur l’administration et la situation des affaires de la ville de Roubaix pendant l’année 1866).

30 MARS 1797 :

La nouvelle administration municipale, représentant le parti modéré de Roubaix, vainqueur dans la lutte électorale du 22 du même mois, tient sa première séance et nomme pour président M.Florin-Delebecque. Cette administration est suspendue quelques jours après, pour n’avoir pas prêté le serment de haine à la Royauté.


31 MARS 1621 :

« Les maîtres bourgeteurs de Lille vinrent à Lille à Roubaix, pensant saisir et emporter les trippes de velours de ceux de Roubaix, mais iceux les en chassèrent, et ils furent « en grand danger de perdre la vie. » On voit que nos roubaisiens savaient à l’occasion défendre leurs privilèges de fabrique, comme les bourgeois des bonnes vieilles franchises communales.


1er AVRIL 1825 :

Vers 2 heures et demie après midi, incendie de la ferme Ducatteau, près du peignage actuel de M.Morel, à gauche de l’ancien chemin de Tourcoing. « Les gardes pompiers, en cette occasion, dit le rapport du Maire, donnèrent une nouvelle preuve de leur zèle et de leur intrépidité ; ceux de Tourcoing se joignirent à eux, mais tout fut inutile. » Le feu avait d’ailleurs si rapidement embrasé toute la cense que le sieur Ducatteau-Lamblin, son épouse et une autre personne qui se trouvaient dans l’intérieur n’avaient pas eu le temps d’en sortir et s’étaient réfugiés dans une cave où ils auraient infailliblement péri avant l’arrivée des pompiers sans le courage de quelques voisins qui bravèrent les plus grands dangers pour les en retirer. Le Sieur Ducatteau y perdit la vue.
La ferme incendiée était l’ancien fief de la Mousserie qui, dans les derniers temps, avait pris le nom de ses occupeurs ; on l’appelait cense Pierre Wibaux et aussi Grande Cense Ducatteau par opposition à une autre cense occupée par M.Ducateau-Destombes. A l’antique manoir de la Mousserie se rattachait une légende sinistre, celle de cache min Roux, le maudit. (Voir l’indcateur de Tourcoing, 10 avril 1842)
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.