Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES EPHEMERIDES > Arts et loisirs > Ephémérides roubaisiennes - semaine du 7 au 13 octobre

Ephémérides roubaisiennes - semaine du 7 au 13 octobre

goole+ facebook twitter

 

 

 

 

LES EPHEMERIDES ROUBAISIENNES

 

 

SEMAINE DU 7 AU 13 OCTOBRE.

 

7octobre 1816 :

 « Le Conseil municipal autorise le Maire M. Roussel Grimonprez à faire la demande d’armoiries nouvelles pour la ville. On avait alors perdu toute notion du blason et on ne trouvait pas mieux, pour remplacer nos belles armoiries d’Hermines au chef de gueules, qu’un rot, des bobines, une navette et une étoile. (Th. Leuridan. Histoire de Roubaix. T.I. page 119.). »

 8 octobre 1429 :

 «  Départ de Lisbonne d’Elisabeth de Portugal, duchesse de Bourgogne, que Jean, seigneur de Roubaix, au nom du duc de Bourgogne et ayant de lui suffisant et spécial pouvoir, avait épousée par procuration, le 15 juillet précédent, en présence du roi, père de la princesse, de la famille royale, de plusieurs prélats, chevaliers et dames de touts états et en grand nombre.

 Suivant le traité de mariage, le roi de Portugal devait honorablement faire mener sa fille à ses frais et la rendre en Flandre aux mains de son époux. La duchesse était accompagnée de son frère, de son neveu, des ambassadeurs de Flandre, et d’une suite d’environ deux mille personnes montées sur quatorze grands navires.

 Dès les premiers jours le vent devint contraire et dispersa la flotte, dont cinq navires seulement, y compris celui que montait la duchesse abordèrent au port de Ribadeo en Galice, le 9 novembre. De longtemps on n’entendit parler des autres navires.

 Or, il advint que le seigneur de Roubaix, qui depuis quelques jours était tombé malade, fut obligé de quitter le navire de la duchesse pour prendre terre, car il était tellement affaibli qu’il n’eût pu supporter le mouvement du vaisseau et que vraisemblablement il y fût mort. Quand il se trouva mieux, il se mit avec quelques uns de ses gens en l’une des deux galères de Florence, faisant voile pour la Flandre et que la tempête avait aussi forcées de s’abriter devant le port de Ribadeo.

 Les cinq navires de la duchesse et ceux de Florence levèrent l’ancre le 25 novembre et naviguèrent ensemble dans la mer d’Espagne durant trois jours ; mais les pilotes florentins, trompés dans l’obscurité de la nuit, firent fausse route et, en grand péril de naufrage, abordèrent sur les côtes d’Angleterre, où Madame Elisabeth arriva le lendemain, mais dans un autre port. Le 6 décembre le seigneur de Roubaix débarquait au port de l’Ecluse et donnait à Mgr de Bourgogne des nouvelles de la duchesse qu’il savait saine et sauve en Angleterre. Fort réjouis furent le duc et ses amis, car grande avait été leur inquiétude.

 Cependant, depuis que le seigneur de Roubaix était de retour, le temps s’écoulait sans qu’on vit arriver la princesse, et la crainte qu’elle n’eût péri dans quelque naufrage commençait à renaître. Le duc, qui partageait ces craintes, ordonna au seigneur de Roubaix d’appareiller les deux navires florentins pour aller à la recherche de la duchesse ; enfin, elle parut au port de l’Ecluse, le jour de Noël vers midi. (Th. Leuridan. Histoire de Roubaix. T.III page 121.) »

 9 octobre 1477:

 « La garnison française qu'Olivier le Dain avait fait entrer par ruse à Tournai, pille Roubaix, Wattrelos et autres villages voisins et rentre à Tournai chargée de butin et emmenant un grand nombre de prisonniers et de bestiaux . »

 10 octobre 1815:

 « Le Préfet approuve le projet formé par le conseil des Prud'hommes de Roubaix, d'élever à ses frais, sur la place de la Mairie, un petit monument servant de pompe publique, qui, outre son motif d'utilité, rappellera l'époque du rétablissement du Roi sur le trône de France. Le Préfet consent à ce que l'exécution de ce projet, dont les dessins lui ont été présentés par M. Dewarlez-Lepers, ait lieu sur la place de la Mairie. »

 11 octobre 1797:

 « Le Sieur Saintenoy, commissaire du pouvoir exécutif près de la municipalité de Roubaix est révoqué; il était trop peu jacobin. On le remplace par Urbain Duhem. »

 12 octobre 1469:

 «  Jacques du Luxembourg, seigneur de Richebourg, conseiller et chambellan du Roi, lieutenant général de ses armées, époux de dame Isabeau de Roubaix, assiste à l'hommage que rend son frère Louis, comte de Saint Pol pour l'officice de connétable de France. »

 13 octobre 1797 (22 vendémiaire an VI) :

 «  Le commissaire du pouvoir exécutif du Nord donne aux officiers municipaux de Roubaix l'ordre de lui envoyer sous bonne garde la citoyenne Albertine Françoise Joseph Du Bosquiel, femme de Louis Charles Joseph Delespaul, ci devant de Lespierre, et Albertine Henriette Dudeman, veuve de Clément Joseph Du Bosquiel, ci devant seigneur de Bondues, prévenues d'émigration et qui demeuraient alors au château de La Pontennerie. Mais l'administration ne put apporter aucune preuve matérielle de leur charge. (Th. Leuridan. Histoire de Roubaix, T. III, page 287). »

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.