Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES EPHEMERIDES > Arts et loisirs > les éphémérides roubaisiennes- semaine du 19 au 25 août

les éphémérides roubaisiennes- semaine du 19 au 25 août

goole+ facebook twitter

 

 

Les Ephémérides roubaisiennes

 

Semaine du 19 août au 25 août

 

 

19 août 1636:

« Maître François Becquart, pasteur de Roubaix, assure à l'église une rente de 200 livres parisis, à charge par ladite église d'établir et entretenir une école dominicale, depuis le 1er de mars jusqu'à la Toussaint, pour appendre les enfants pauvres, leur baillant les livres nécessaires et, à cette fin, de donner gages suffisants au clerc de la paroisse ou autre que le curé, avec messieurs de la loi, trouveront convenir. (Th. Leuridan. Histoire de Roubaix, T 1, page 187). »

20 août 1487:

« Pierre de Luxembourg, seigneur de Richebourg, époux de dame Isabeau de Roubaix, meurt à Nantes et est inhumé en l'abbaye de Cercamp. Il était le second fils de Pierre de Luxembourg et de la princesse Marguerite des Baux, et petit neveu du Bienheureux Pierre de Luxembourg. Conseiller et chambellan du Roi, lieutenant général de ses armées sous Arthur de Bretagne, il s'était signalé à la conquête de la Basse Normandie, s'était trouvé à la bataille de Fourmigni en 1450, et trois ans après à celle de Gavre où il s'était comporté vaillammment contre les Gantois. Ce seigneur figure parmi les chevaliers de la Toison d'Or créés en 1468 à Bruges; mais fait prisonnier à Arras, et ayant embrassé le parti du roi de France contre son souverain naturel le duc de Bourgogne, il avait été rayé de l'ordre en 1481. (Th. Leuridan. Histoire de Roubaix. T.III, page 152). »

21 août 1807:

« L'architecte Dewarlez Lepers déclare qu'il n'est plus possible d'enterrer dix individus dans le cimetière près de la Pontennerie dit champ de Beaurewart; terrain qui avait été cédé en l'an 4 par M. Floris Delaoutre pour y reporter les inhumations qui avaient eu lieu jusqu'alors autour de l'église.

Planté de beaux arbres, entouré de hayes et de fossés de 10 pieds de large, fermé par une grille entre deux pilastres en maçonnerie, ce cimetière, de la contenance de 300 verges, avait un air de décence et offrait toutes garanties sous le rapport de la salubrité; mais son peu d'étendue l'avait rendu bien vite insuffisant. (Th. Leuridan. Histoire de Roubaix. T.1, page 130). »

22 août 1795:

« La constitution du 5 fructidor an 3, ne reconnaissant aucune limitation à la liberté du commerce et à l'exercice de l'industrie et des arts de toute espèce, fit passer dans les lois le régime de liberté sans frein qui dégénéra en licence et contre lequel Roubaix, le dernier refuge des règlements, ne cessa de s'élever pendant près d'un demi siècle. »

23 août 1566:

« Pontus Payen rapporte que les Calvinistes de Tournai tirèrent de son sépulcre le corps de Pierre de Werchin, sénéchal du Hainaut, seigneur de Roubaix, le fouettèrent de verges et le traînèrent ignomineusement par toute la ville, vomissant toutes sortes d'injures, et finalement après avoir répu leurs yeux d'un si triste et si cruel spectacle, le jetèrent dans l'Escaut. »

24 août 1806:

« La commune de Roubaix échange la maison des orphelins contre une portion des bâtiments et fonds de l'ancien hôpital Sainte Elisabeth, que lui cède la commission administrative de l'hospice. De cette portion on fit un hôtel de ville au quel on donna les dégagements qui forment la Place de la Mairie. »

25 août , 26 et 27 août 1878:

 

«  Concours universel de musique de Paris. La Grande Harmonie de Roubaix y remporte: en division d'excellence, le premier prix de lecture à vue, partagé avec Reims; au concours national, le premier prix d'exécution, à l'unanimité; au concours international, le prix unique.- de son côté la Fanfare Delattre y enlève les plus hauts prix, et enfin la Grande Fanfare en revient aussi médaillée. »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.