Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES EPHEMERIDES > Arts et loisirs > Les éphémérides roubaisiennes- semaine du 26 février au 4 mars

Les éphémérides roubaisiennes- semaine du 26 février au 4 mars

goole+ facebook twitter

 

 

LES EPHEMERIDES ROUBAISIENNES.

Semaine du 26 février au 4 mars .

 

 

26 février 1715 :

«  ont été conjoints par mariage, Pierre François Cornille et Marie Joseph Delahaye, lesquels ont offert à Dieu un cierge d’une demi-livre en réparation de scandale, car la dite Delahaye était enceinte et sur le point d’accoucher, et ont demandé pardon à toute la paroisse. »

27 février 1871 :

«  Installation de M.Deregnaucourt, maire, et de MM A.Famechon, Deleporte Bayart, adjoints » (Rapport sur l’administration et la situation des affaires de la ville de Roubaix pendant l’année 1871).

28 février 1848 :

«  Les membres du Comité central de l’Association pour la défense du travail national adressent à tous leurs commettants une circulaire pour les engager à maintenir le travail dans les ateliers ; mais la position de la place de Roubaix ne permettait pas de répondre complètement à cet appel. L’absence de toute vente, la déclaration de quelques faillites et la circonspection motivée des banquiers, annonçaient une réduction prochaine et notable du travail. » (Théodore Leuridan. Histoire de Roubaix, tome 1, page 195).

1er mars 1579 :

«  Par lettres patentes de Philippe II, roi d’Espagne, la terre de Roubaix est érigée en marquisat en faveur de Robert de Melun, vicomte de Gand, second fils du prince d’Epinoy, seigneur de Roubaix. C’était une récompense accordée aux bons services rendus par ce vaillant capitaine à la cause d’Espagne, dans les guerres des Pays Bas. »

2 mars 1752 :

«  Marie Jeanne Frérard, morte à Roubaix, âgée de 102 ans, est inhumée dans le cimetière de cette paroisse. « (Registre de l’Etat civil, GG 37.)

3 mars 1774 :

«  en 1769, sur les représentations de la plus saine partie des habitants, le magistrat chargeait le sieur Jean Joseph Prouvost, grammairien et maître de musique demeurant à Lille, d’enseigner à la jeunesse de Roubaix les premiers éléments de la langue latine de manière à la mettre au moins en état d’entrer en cinquième dans les collèges, et de tenir pour cela une classe de deux heures deux fois par jour. En même temps M. Motte, curé doyen de Roubaix, et les marguilliers engageaient M. Prouvost pour faire de la musique à l’église et l’enseigner à quatre enfants de chœur ; mais le 3 mars 1774, on signifiait au maître de musique et de langue latine la résiliation de ce double engagement. » (Théodore Leuridan Histoire de Roubaix, tome IV, page 256).

4 mars 1849 :

«  Par bref apostolique, la confrérie des Fidèles Trépassés, érigée en l’église Notre Dame à Roubaix, est affiliée à l’archiconfrérie du Saint Suffrage de Rome ; de sorte que ses membres peuvent participer à toutes les indulgences et grâces spirituelles qui sont concédées à cette archiconfrérie. »

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.