Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES EPHEMERIDES > Arts et loisirs > les éphémérides roubaisiennes- semaine du 5 au 11 mars

les éphémérides roubaisiennes- semaine du 5 au 11 mars

goole+ facebook twitter

 

 

 

LES EPHEMERIDES ROUBAISIENNES

Semaine du 5 au 11 mars.

 

 

5 mars 1432 :

«  Légitimation par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, de Hélène et Ides, filles illégitimes de Jean, seigneur de Roubaix. «  Lors c’estoit grande pitié, dit Jacques Du Clercq, que le péchié de luxure régnoit moult fort et pas espécial es princes et gens marriés ; et estoit le plus gentil compagnon qui plus de femmes scavoit tromper et avoir au moment, et qui plus luxurieux estoit. » (Théodore Leuridan. Histoire de Roubaix, tome III, page 125).

6 mars 1676 :

«  Mort de maître Jean Prus, licencié en théologie, doyen de chrétienté, pasteur de Roubaix, lequel donna tous ses biens à l’église, à la chapelle de Saint Joseph et aux pauvres de Roubaix ».

7 mars 1840 :

«  Une pétition signée d’un grand nombre d’habitants de Roubaix demande la construction de deux nouvelles églises dont l’une dans la partie Est de la ville. De ce côté se trouvent plusieurs hameaux très peuplés qui, à eux seuls, pourraient former des paroisses ordinaires et qui sont distants du centre de la ville, de deux à quatre kilomètres. Dans l’Ouest, l’accroissement extraordinaire de la population et les nombreuses constructions élevées dans ce quartier avaient fait sentir, dès 1828, la nécessité d’y établir une église. » (Théodore Leuridan. Histoire de Roubaix, tome II, page 90).

8 mars 1707 :

«  Sœur Thérèse Destombes, prieure, et les religieuses de l’Hôpital de Sainte Elisabeth de Roubaix, déclarent avoir accordé en arrentement, pour cent ans moins un jour, 48 verges d’héritage pris hors de 3 cents, moyennant 31 livres 4 gros par an ; - Ces 3 cents de terre aboutissant du Nord à la rue saint Georges, du couchant au jardin des arbalétriers du levant au pavé dit la Chaussée ( rue Neuve) et du Midi à un verger de l’Hôpital. » (Archives de l’Hospice, n° 78).

9 mars 1828 :

« Ordonnance royale qui autorise la fabrique de l’église saint Martin à accepter le legs d’une pièce de terre de 35 ares 44 centiares fait sous condition de service religieux par dame Marie Alexandrine Mullié, veuve Masquelier, suivant testament du 3 avril 1815. »

10 mars 1728 :

«  Arrêt du Conseil d’Etat faisant très expresses défenses aux sayetteurs et bourgetteurs de Lille, d’exiger aucun droit sur les calmandes, apportées du bourg de Roubaix et de ses dépendances, dans la ville de Lille, pour y être teintes, apprêtées ou vendues en gros, à peine de concussion. Depuis 1696, les corporations de Lille levaient sur les pièces de Roubaix, un impôt de 3 patars pour droit de plomb, et voulaient doubler ce droit quand les pièces dépassaient cinquante aunes. » 

11 mars 1848 :

«  Dans une lettre adressée au ministre de l’Agriculture et du Commerce, la chambre consultative de Roubaix, laissant percer toutes les inquiétudes que lui inspire la malheureuse situation des ouvriers, demande que le gouvernement intervienne près de la compagnie concessionnaire du canal de Roubaix pour la forcer à achever le souterrain ; ce qui permettrait d’occuper les plus nécessiteux. »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.