Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES LOISIRS > Arts et loisirs > Les Coulonneux de Roubaix

Les Coulonneux de Roubaix

goole+ facebook twitter

LES COULONNEUX DE ROUBAIX

 

 

Par Edmond DERREUMAUX
Président de la Société d’Emulation de Roubaix

 

 

Parmi les loisirs qui permettaient à nos parents et grands-parents d’échapper à l’atmosphère bruyante des tissages, l’élevage des pigeons était l’un des plus répandus.

La colombophilie occupait une place importante à Roubaix où les sociétés d’amateurs étaient nombreuses.

Les coulonneux participaient à des expositions et des concours largement dotés de prix et toutes ces associations mettaient dans la ville une animation très appréciée engendrant des retombées économiques qui n’étaient pas négligeables.

L’élevage du pigeon voyageurs remonte à la plus haute antiquité. Utilisé à toutes les époques pour la transmission des messages par les armées et les autorités civiles ou militaires, le pigeon a fait l’objet d’une reproduction très organisée assortie d’une surveillance de la part des législateurs qui entendaient la contrôler jalousement.

Groupés en associations, les coulonneux du XIXème siècle procédaient à des sélections répétées de manière à produire des sujets présentant des qualités d’endurance et de vitesse en vue des concours qui se multiplièrent à partir de 1950.

La première société colombophile aurait été créée à Roubaix en 1949 sous le nom de « Cercle de Roubaix » (Pierre Pierrard dans « La Vie Quotidienne dans le Nord au XIXème siècle ».)

Nous disposons d’un relevé de sociétés de coulonneux ayant siégé à Roubaix, liste qui comprend plus de 200 noms d’associations dont beaucoup n’eurent qu’une vie éphémère. Peu à peu elle se regroupèrent.

Activité traditionnelle régionale, la colombophilie à Roubaix.

Au début du 19ème siècle, la loi française interdit formellement d’entretenir un colombier de pigeons voyageurs s’il n’est français et muni d’une autorisation préfectorale.

A Roubaix, des démarches ont été faites en vue de faire accorder l’autorisation aux étrangers domiciliés à Roubaix, mais le Gouvernement, par souci de la Défense nationale, n’a pas cru pouvoir donner une suite favorable à ces démarches.

Le recensement du 1er janvier 1907 a accusé, pour Roubaix, le nombre de 19.455 pigeons voyageurs appartenant à 1.102 amateurs ou éleveurs colombophiles.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.