Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES USINES > Le monde du travail > Emile Leplat & fils

Emile Leplat & fils

goole+ facebook twitter

Notice d’accueil

 

Embauche

A la suite de votre demande d’emploi, nous vous avons embauché et nous vous avons demandé certains renseignements que nous avons notés sur un fichier.

Ce n’est pas par pure curiosité mais pour pouvoir répondre à l’occasion à certains services administratifs, tels que la Sécurité sociale, les Allocations familiales ou autres.

Une horloge pointeuse est placée à l’entrée de l’usine. Nous vous prions d’observer votre numéro de pointage et de vous y conformer scrupuleusement.

Nous vous rappelons ci-dessous certains points.

Service médical

Dès l’embauche, il est procédé à une visite d’embauche par le médecin de l’usine. Cette visite est obligatoire et est renouvelée chaque année pour les adultes et tous les trois mois pour les moins de 18 ans. Elle est complétée, si nécessaire, par des examens radiologiques.

Le médecin de l’usine est à votre disposition et vous recevra chaque fois que vous le désirerez.

L’infirmerie assure les pansements et autres soins de préférence le matin de 8 heures 30 à 10 h 30 et l’après-midi de 14 heures 30 à 16 heures 30.

En l’absence de l’infirmière et en cas d’urgence, veuillez vous adresser au secouriste d’atelier. N’oubliez pas de déclarer tout accident, toute blessure, même légère à votre contremaître et à l’infirmière dans la journée même sinon vous risquez que cet accident ne s’aggrave et ne soit pas reconnu.

Le Comité d’entreprise

Il se compose d’un représentant de la direction et de membres salariés élus par le personnel sur des listes présentées par les organisations syndicales. Ces élections ont lieu tous les deux ans.

Le Comité d’entreprise coopère avec la direction à l’amélioration des conditions collectives de travail, il est consulté sur les questions d’ordre économique et assure ou contrôle la gestion de toutes les œuvres sociales établies dans l’entreprise au bénéfice des salariés ou de leurs familles. Le Comité se réunit une fois par mois, il peut, à la demande de la majorité de ses membres, tenir d’autres réunions.

 

Histoire de la Société Emile LEPLAT et Fils

 

En 1825, Monsieur Emile LEPLAT-DESNOULETS créa une petite filature de laine peignée qui fut installée au coin de la rue Leverrier et de la rue de Lille à Roubaix. On y filait surtout de la laine brune et bleue marine qui servait à tricoter les chandails et les bas des marins bretons. La force motrice était fournie par un manège de chevaux et c’est en carriole que l’on visitait la clientèle de Bretagne.

Cette affaire était très modeste mais progressait doucement puisqu’en 1866 « Pavé de la Croix Rouge, ruelle Legrand », on acheta une ferme payable en 10 ans. L’acte de vente est ainsi rédigé : « Napoléon Empereur des Français, de par la grâce de Dieu et la volonté du peuple à vous tous présents et à ceux à venir : Salut. »

En 1870, ce fut la guerre, mais il ne reste aucune trace de cette époque.

En 1874, un incendie ravagea complètement l’usine de la rue Leverrier qui, malheureusement, soit par négligence, soit plutôt par économie, n’était pas assurée.

C’eut été la ruine si une brave tante n’avait prêté au jeune Emile LEPLAT-WHEELAN, toutes ses économies pour acheter du nouveau matériel. L’entreprise s’installa à Tourcoing où on construisit des bâtiments d’occasion dans lesquels on installa du matériel tout neuf. En effet, Monsieur Emile LEPLAT-WHEELAN avait épousé une Irlandaise et connaissait bien l’Angleterre. Les Anglais étaient les premiers à construire pour remplacer les vieux métiers en bois. En même temps arrivaient chez LORTHIOIS-LEURENT les premiers métiers à tapis mécaniques et on abandonna la filature de laine à tricoter pour la remplacer par les fils pour tapis semi-peigné ou fils mixtes.

En 1886, on installa rue Achille Testelin une petite filature de cardé pour utiliser les déchets de la filature mixte. Mais ce n’est qu’en 1896 que l’on commença à fabriquer des couvertures.

Les débuts furent très difficiles et comme Monsieur James LEPLAT était un grand cavalier, il commença par faire des couvertures pour chevaux, dites « couverture crottin ». Comme le nom l’indique, ces couvertures étaient de couleur jaune dont la nuance parfaite et ultra solide était obtenue par un colorant naturel fourni par le personnel des foulons.

En 1890 on installe le lavage de fils et en 1908, on agrandissait la filature dans un atelier appelé le « boulevard » car c’était l’année où l’on construisait le grand boulevard de Lille à Tourcoing.

Le tissage de couverture se développait, mais en 1914, c’était encore la guerre, l’usine fut arrêtée et le matériel très abîmé par l’enlèvement du cuivre par l’occupant.

En 1920, on remettait péniblement en route, mais très vite grâce au jeune Monsieur Pierre PARENT, la couverture prenait une rapide extension.

Par contre, la filature mixte ralentissait, remplacée par la filature cardée que nous avions pu développer grâce à du matériel d’occasion provenant d’une fabrique de draperie en liquidation.

En 1939, une fois de plus la guerre mais heureusement, cette fois sans dégât. L’usine tourne au ralentit mais dès 1945, la fabrication est reprise et le développement continue. Mais il faut remplacer le matériel et on construit en 1945 le bâtiment en béton du tissage. En 1954, on reconstruit la vieille filature de cardé et on réinstalle la filature du mixte.

Peu à peu, tous les vieux bâtiments disparaissent et en 1968, on détruit le dernier vieux bâtiment : la teinture des couvertures.

Voilà l’histoire d’une entreprise familiale plus que centenaire. Familiale, parce qu’elle fut créée et dirigée depuis plus de 140 ans par la famille LEPLAT ou ses descendants, mais aussi parce que beaucoup de familles du personnel se sont succédées dans les ateliers.

Pendant 140 ans, il y eut des guerres, trois, des crises, des grèves, des incendies et beaucoup de difficultés, mais malgré tout, LEPLAT est toujours debout, alors que tant d’autres ont disparu.

Certes, il y aura encore des difficultés, mais grâce à l’esprit d’équipe de tous, grâce à l’esprit jeune des Cadres, grâce à la jeunesse de notre matériel, nous pouvons sans crainte adopter la devise de la Hollande : « Je maintiendrai ».

 

Commissions dépendant du Comité d’Entreprise

 

Commissions d’accueil

Elle comprend des membres du personnel représentant à peu près chaque service et est chargée de juger et d’élaborer les meilleures façons d’accueillir les nouveaux embauchés jeunes et adultes et rédiger et mettre à jour le livret d’accueil.

 

Commission des Jeunes

Elle est composée par des membres du personnel représentant chaque service et se réunit une fois par mois pour étudier les cas particuliers et à aider. Le secours d’entraide n’est pas un droit, il n’est donné qu’en cas de nécessité.

 

Commission Boissons

La chaude atmosphère de l’atelier, la fatigue et l’effort accompli vous ont altérés, pour vous donner la possibilité de vous rafraichir, le Comité d’Entreprise a créé un service de vente de boissons. Vous y trouverez à des prix intéressants « bière, eaux minérales, lait, coca-cola ». Il y a également un bar ouvert tous les jours de 9 h 30 à 10 h 30 et de 14 h 30 à 15 h 30 afin de vous détendre un petit instant.

 

Commission Réception

Les Responsables organisent à diverses occasions et périodiquement des petites manifestations de sympathie envers les médaillés et nos anciens qui sont très goutées par leur cordialité.

 

Les Délégués du Personnel

Elus par vous tous les ans, ils sont chargés de présenter à la Direction les réclamations individuelles ou collectives qui n’auraient pas été directement satisfaites concernant vos conditions de travail. Ils collaborent avec les membres du Comité d’Entreprise à qui ils communiquent vos suggestions et observations. Ils veillent également à l’application des dispositions de la convention collective.

 

Sécurité Sociale

Si vous avez changé de lieu de travail ou de résidence, vous devez remplir un formulaire, afin de pouvoir toucher rapidement lors de la prochaine demande de prestation.

Si vous habitez Tourcoing ou un de ses cantons, nous assurons la correspondance d’usine et nous vous paierons le remboursement de la Sécurité Sociale de l’usine.

Notre firme, comme toutes les usines textiles de la Région est affiliée à des caisses complémentaires appelées I.R.C.O.T.E.X. ou C.A.R.T.E.X.

Pour compléter les renseignements donnés ci-dessus, prenons l’exemple d’un jeune ouvrier entrant à l’usine à 16 ans et suivons-le jusqu’à sa retraite.

Il fera une visite rapide de l’usine dans les mois qui suivent son entrée. L’usine fera sa demande d’immatriculation à la caisse primaire de Sécurité sociale.

Il pourra se mettre en rapport avec la Commission des Jeunes pour tout ce qui pourra l’intéresser au point de vue éducatif, intellectuel et physique.

Le Comité d’Entreprise lui versera une prime à son mariage et à la naissance de ses enfants.

Si une fois mariée, sa femme ne travaille pas, il aura droit à une allocation légale et bénévole « du Consortium » en tant que jeune ménage.

Il aura droit à des allocations prénatales légales et bénévoles quand il attendra une naissance et après celle-ci, à des allocations dites « Mères au foyer ».

S’il désire un logement, il pourra l’obtenir au C.I.L. ou s’il a un logement ancien qu’il veut aménager, il lui sera possible de faire un prêt à la caisse d’Allocations familiales.

Il lui sera possible de s’assurer bénévolement à une caisse complémentaire pour toucher en cas de maladie pour lui-même et sa famille, la différence entre le remboursement de la Sécurité sociale et ce qu’il aura payé réellement.

S’il obtient un diplôme de médaillé du travail, il lui sera versé une certaine somme (actuellement 10,00 francs) par année de présence.

Lors de sa retraite, en plus de celle de Sécurité sociale, il touchera une proportionnelle aux cotisations qu’il aura versées à la caisse complémentaire.

S’il vient à décéder avant l’âge de 65 ans, sa veuve en plus des trois mois de capital décès, touchera neuf mois de salaire pour elle-même, plus une majoration pour chaque enfant à charge. Si pour une raison personnelle, le capital décès doit être payé à d’autres personnes, il est nécessaire de signer une demande de changement de bénéficiaire.

Dans tous les cas, le service du personnel est à la disposition de tous, pour les renseignements dont ils peuvent avoir besoin.

 

Comité d’hygiène et de sécurité

Il existe dans l’usine un comité de sécurité dont la tâche est de veiller sur la sécurité du personnel. Sa mission est de prévenir les accidents et de recevoir les suggestions de tous.

Acceptez les remarques qu’il peut être amené à vous faire par l’intermédiaire de ses membres et faites-en votre profit. Défendez-vous contre les accidents. Ne faites jamais d’imprudence et n’en laissez pas commettre aux autres. Signalez à votre contremaître toute imperfection susceptible de causer des accidents afin qu’il puisse y remédier.

 

Paiement des salaires

Le paiement des salaires se fait de la façon suivante :

a) Chaque vendredi, il est donné un acompte fixe se rapportant à l’horaire normal habituel.

b) Au début du mois suivant, le solde régularise tout le mois précédent.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.