Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > LES VISITEURS > Gens de Roubaix > Jacques Brel au Colisée

Jacques Brel au Colisée

goole+ facebook twitter

JACQUES BREL FAIT SES ADIEUX A LA SCENE
AU CASINO DE ROUBAIX


par Francine Declercq et Laurence Mourette

Photos tirées d'un article de Nord Eclair
 

 

 

 

Le 16 mai 1967, c’est l’effervescence à Roubaix. Jacques Brel, un des chanteurs les plus marquants des années 1960, y donne son dernier concert public. Lassé par des tournées interminables et par la solitude des hôtels anonymes, épuisé à force de donner toujours le meilleur de lui-même lors de ses concerts, Jacques Brel a déclaré lors de son dernier spectacle à l’Olympia de Paris « qu’il ne veut pas baisser » et qu’il arrête définitivement la scène.

 Et c’est précisément à Roubaix que Georges Olivier, le directeur de sa tournée, décide qu’il y donnera son dernier concert. Dès l’ouverture des caisses de location du Casino et en quelques heures, les 2.000 places que contient l’immense salle sont vendues. Les fans viennent de toute la France, aussi bien d’Aix en Provence, de Belgique et que de Londres en Angleterre pour ovationner une dernière fois ce talentueux chanteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques heures avant le spectacle, les journalistes et photographes de grands hebdomadaires et quotidiens français et étrangers, de la télévision et de la radio nationales convergent vers la Grand’Rue. Le mot d’ordre est passé : « Cette fois c’est la dernière ! » et personne ne veut manquer cet événement.

 

Devant une salle comble et survoltée, le public, ému jusqu’aux larmes écoute ses chansons qui s’enchainent les unes après les autres dans un rythme affolant. Jacques Brel a atteint la maturité des grandes vedettes. Quand il chante, personne ne reste indifférent. Chacune de ses chansons décrit ses semblables avec beaucoup de tendresse, parfois avec férocité mais  toujours avec une grande lucidité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En bas de la scène, les flashs crépitent, les photographes se bousculent et mitraillent avec deux parfois trois appareils photos. Au pied de la rampe, des dizaines de boîtes de pellicules vides jonchent le sol.

Quand  Jacques Brel entame sa dernière chanson « Madeleine », le public sait que le spectacle s’achève. Malgré les rappels, les cris et les sifflets, il ne revient pas sur scène et personne ne réalise encore vraiment qu’il n’y remontera plus.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Pendant ce temps, dans les coulisses toute la grande famille du music hall est là pour l’entourer. Comme Eddie Barclay, venu spécialement de Cannes et Bruno Coquatrix qui a abandonné l’Olympia pour être présent ce soir-là à Roubaix, mais aussi Georges Olivier, Gérard Jouannest, les Delta Rythm Boys… Tous se réunissent avec les musiciens et les amis, les journalistes et les ouvreuses pour entonner en chœur et avec beaucoup d’émotion la chanson « Ce n’est qu’un au revoir ».
 

 

 

 

 

 

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


par quille paule le 16/05/2017
J'étais dans la salle ce jour là, en tant que spectatrice. Evidemment, je ne sais pas ce qui s'est passé derrière dans les coulisses. Les spectateurs ont attendu Jacques Brel dans le couloir de sortie vers la rue, pendant un très long moment. Puis il est apparu et a remonté le couloir sur plusieurs mètres, dans un silence étrange puis'un tonnerre d'applaudissements a éclaté, et oui, c'était fini !
par Liard Jean-Ro le 21/05/2017
Bonjour Madame, Monsieur, Je vous adresse ces quelques lignes au sujet de l'article que vous consacrez à Jacques Brel. J'étais au dernier récital de Jacques Brelle 16 mai 1967 au Casino. Il m'est bien agréable de retrouver passablement de documents et articles concernant cette soirée. Je garde un souvenir extraordinaire de cette soirée, des photos personnelles, le programme de la soirée, le journal Nord-Eclair du 18 mai et… l'affiche qui était sur la porte du Casino, que j'ai décollé en sortant. J'ai transmis des copies de ces documents au Colisée et Monsieur Millet m'a fait savoir qu'il les afficherait dans le hall les 20 et 21 mai lors des deux concerts "hommage". Avec mes meilleures salutations. Jean-Ro Liard
par N. Certes le 13/07/2016
Bonjour, Auriez-vous encore l'article de Nord éclair et si oui, pouvez-vous me l'envoyer s'il vous plaît ? Merci d'avance
par Couture Christine le 25/05/2016
C'est le plus beau cadeau pour les 90 ans ! Mais la salle risque d'être prise d'assaut ! faut au mons 3 jours !!
par Fabien Duel le 17/02/2016
Super article, 50 ans déjà l'année prochaine ! Juste mettre en cohérence le titre de l'article et son corps : le concert a eu lieu au Casino. Bien à vous. Fabien