Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > PATRIMOINE DE PIERRE > Pierres de Roubaix > Histoire de la gare

Histoire de la gare

goole+ facebook twitter
 
 

HISTOIRE DE LA GARE DE ROUAIX

 

Par Xavier Lepoutre

Vice-Président de la Société d'Emulation de Roubaix

 

 

C’est en 1842 que la première « station » fut ouverte à Roubaix. Mais la gare, telle qu’on la connaît aujourd’hui, ne fut ouverte que le 10 septembre 1888.

 Le chemin de fer est né en Grande-Bretagne, où la première ligne destinée à relier deux grandes villes, Manchester et Liverpool, est inaugurée le 15 septembre 1830. En France, la ligne de Saint-Etienne à Lyon est mise en service le 3 février 1832. Puis les projets se portent autour de la capitale et la première ligne qui part de Paris est inaugurée le 26 août 1837 ; elle relie la gare Saint-Lazare au Pecq.

 

Chez nos voisins belges, en 1834 est établi un programme de construction de lignes de chemin de fer ayant pour centre Malines. Entre autre, une ligne se dirige vers la frontière française en passant par Bruxelles. Malines-Bruxelles, le premier élément de ce réseau est mis en service le 3 mai 1835. Il n’est donc pas étonnant qu’en 1837, le gouvernement français projette une liaison Paris-Bruxelles. Cette ligne relie Paris à Lille puis repart vers la frontière belge en passant par Roubaix et Tourcoing et se raccorde ensuite au réseau belge.

 

ON L’APPELLE « LA STATION »

 

 

S’agissant de l’emplacement de la « station » de Roubaix, la Compagnie des Chemins de Fer de Lille et de Valenciennes à la frontière belge fixe son choix sur « un terrain situé près du chemin de Roubaix à Mouvaux, au lieu-dit « l’Alouette ». La « station » s’étend entre la rue de Mouvaux et la rue du Fresnoy. Les voies passent en viaduc au-dessus de la rue de Mouvaux et traversent la rue du Fresnoy par un passage à niveau.

En mars 1842, les travaux du viaduc s’achèvent et d’ailleurs l’entrepreneur se plaint que « des oisifs se rendent sur le viaduc et jettent des pierres et de la terre sur les voitures et les passants ». Quant à la gare, il faut attendre 1843 pour qu’elle soit achevée.

 

La station comprend trois éléments : d’abord les bâtiments qui s’élèvent du côté de la rue de Mouvaux et qui contiennent les bureaux et salles d’attente ; ensuite, un bâtiment central réservé à la douane et aux salles de visite et, enfin, du côté de la rue du Fresnoy, une station de marchandises. Deux cours de stationnement s’étendent devant ces trois édifices. On y entre latéralement par les rues de Mouvaux et du Fresnoy. Une remise à wagons s’élève derrière la station, de l’autre côté des voies.

 

Deux ans plus tard, pour faciliter la circulation, on projette l’établissement d’une rue latérale qui s’étend devant la gare. En 1850, la Compagnie des chemins de fer du Nord annexe un magasin au bâtiment des presses. Cette même année, la municipalité émet le vœu qu’une marquise soit construite sur le quai d’embarquement afin de protéger les voyageurs, ce qui est refusé par la Compagnie.

 

UNE GARE DES VOYAGEURS INDIGNE !

 

 

 

En 1857, un budget de 300.000 F est voté par la Compagnie pour étendre les installations de la gare ; à la suite de ces travaux, la surface de la gare est presque doublée. Le magasin réservé aux emballeurs du commerce est reconstruit pour être agrandi, les magasins des marchandises sujettes aux droits d’entrée ont été remplacés par une vaste halle, les salles d’attente ont été déplacées et rétablies sur des bases plus larges et, sans doute, pour se conformer au vœu de la mairie, deux marquises sont élevées pour faciliter l’entrée et la sortie des voyageurs.

 

 

Le bâtiment des voyageurs est maintenant bâti en face de la rue du Fresnoy qui est déviée et doit contourner la gare. Cinq ans plus tard, en 1862, il est de nouveau question d’agrandissement. La Compagnie désire construire plusieurs halles à marchandises.

 

Cependant, rien n’est prévu pour le bâtiment des voyageurs, ce qui n’est pas du goût de la municipalité qui trouve la gare des voyageurs « insuffisante et indigne d’une ville de l’importance de Roubaix ». Dans le même projet, il est question de supprimer le passage à niveau du Fresnoy et de le remplacer par un passage supérieur reporté 300 mètres plus loin.

 

En 1885, on construit le pont Saint-Vincent-de-Paul et on prolonge, par la même occasion, les rues de l’Alma et de l’Ouest jusqu’à ce pont. La municipalité s’inquiète de la hauteur insuffisante des garde-corps qui « permettent aux mauvais sujets d’inquiéter les trains et qui préservent insuffisamment les chevaux effrayés par une chute ».

 

UNE LARGE AVENUE : L’AVENUE DE LA GARE

 

En 1871, un nouveau crédit de 310.000 F est voté pour la construction de nouveaux hangars. Cependant, la municipalité se préoccupe des difficultés de circulation entre la gare et le centre de la ville. En effet, pour se rendre à la gare, il faut soit passer par la rue Nain puis la rue du Chemin de Fer qui lui fait suite (ancienne rue du Fresnoy) soit emprunter la rue Saint-Georges (actuellement rue du Général Sarrail) puis la rue de l’Hospice et la rue de l’Espérance.

 

L’idée d’une large avenue reliant la gare au centre ville commence à s’imposer et la mairie désirerait coupler le percement de cette avenue à celle de la reconstruction d’une gare digne de la ville de Roubaix. La rue de la Gare est ouverte en 1883 mais ne débouche que sur le bâtiment de la douane. Pourtant, entre-temps, un accord avait été conclu entre la Compagnie et la mairie qui acceptait de verser une subvention de 340.000 F pour la construction d’une nouvelle gare. Un projet avait même été soumis à la municipalité, mais il avait été rejeté car « mesquin et sans caractère architectural » et les pourparlers avaient été rompus.

 

La situation en reste là jusqu’à l’élection, en 1884, d’un nouveau maire, Monsieur Julien Lagache, qui décide de se rendre à Paris en compagnie de son adjoint délégué aux travaux. Monsieur Pennel-Wattinne pour discuter avec la Compagnie du Nord. Il revient avec un nouveau projet : il s’agit des plans de la gare que nous connaissons actuellement et dont la dépense est évaluée à 627.200 F.

 

QUATRE HEURES D’ATTENTE POUR LE PREMIER BILLET

 

Les travaux démarrent très vite : en 1886, il est procédé à la démolition du bâtiment de la douane et, en mars 1887, les fondations de la nouvelle gare sont creusées et on espère « que le gros œuvre sera terminé pour septembre 1887 ». Enfin, le 29 août 1888, le chef de gare, M. André, écrit au maire de Roubaix : « Notre nouvelle gare sera ouverte au service des voyageurs et des bagages le samedi 1er septembre ».

 

 

L’ouverture s’effectuera à 5 heures du matin, un Roubaisien attendra depuis quatre heures pour avoir le premier billet.

 

Quelques semaines plus tard, la presse se fait l’écho de plaintes des voyageurs qui regrettent, entre autres, « qu’il n’y ait pas d’horloge intérieure ».

 

 

 

En décembre 1888, la Compagnie ouvre un crédit de 60.000 F pour la construction d’un hall au-dessus des voies. Enfin, vingt ans plus tard, le 14 septembre 1908 est inaugurée la passerelle qui enjambe les installations de la gare et qui relie la rue du Chemin de Fer et la rue du Fresnoy. En 1914, c’est à la gare qu’a lieu l’embarquement des troupes. La gare sera touchée par le conflit, car l’occupant allemand, avant son départ, fera sauter la halle qui surplombe les voies, la passerelle et le pont Saint-Vincent. La halle ne sera pas reconstruite.

 

La gare traverse le siècle jusqu’en 1977, année pendant laquelle la S.N.C.F. fait état de la dégradation du bâtiment : « les pierres sont très altérées et l’ossature de métal est particulièrement oxydée ». La S.N.C.F. désirerait démolir et reconstruire une gare plus petite. La municipalité s’y oppose car elle craint entre autres qu’on « reconstruise une gare semblable à toutes les gares de banlieue ».

 

Le 20 octobre 1984, a lieu l’inauguration de la gare restaurée, la gare grise et sombre est devenue claire et colorée. En 1993, les halles à marchandises situées en face de la rue du Chemin de Fer sont démolies pour laisser la place à un parking gardé. Au mois d’août de cette année, ce sont les bâtiments situés le long de la rue de l’Ouest qui sont abattus et remplacés par un verdissement en attendant la construction de l’école AFOBAT.

 

L’ARCHITECTURE « METALLIQUE FLAMBOYANT »

 

L’architecture de la gare de Roubaix est de Sydney DUNNET. Né à Calais en 1837, il fera toute sa carrière à la compagnie du Nord et terminera comme chef de service des bâtiments. La gare présente un corps central avec un comble métallique surmonté, en acrotère, d'une tour à horloge. Le pignon de verre est soutenu par quatre piles appareillées, les deux piles de façades portèrent, à l’origine, chacune un pot à feu, qui disparurent dans les années soixante.

 

De chaque côté s’élèvent deux pavillons en maçonnerie de style régional qui utilisent la pierre et la brique comme matériau. Ces pavillons se prolongent par des ailes basses à simple rez-de-chaussée où la brique prédomine.

 

L’architecture de la gare est de style rationaliste, c’est-à-dire que la fonction du bâtiment est reflétée par sa forme. La vaste halle métallique accueille les voyageurs, les deux pavillons servent au logement du directeur et du sous-directeur de la gare. La halle métallique est à remarquer.

 

La gare appartient à ce que l’on a appelé le courant « métallique flamboyant », le métal devient apparent, c’est l’époque où la France se couvre de marchés couverts métalliques.

 

L’architecture de la gare de Roubaix s’apparente à celle d’autres gares de la région du Nord : celle d’Arras (1877, détruite), celle d’Amiens Saint-Roch (1875, détruite), celle de Saint-Omer (1902) et celle de Tourcoing (1905) inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1984.

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.