Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > PATRIMOINE RELIGIEUX > Pierres de Roubaix > Eglise et couvent des Récollets

Eglise et couvent des Récollets

goole+ facebook twitter
 
 

EGLISE ET COUVENT DES CLARISSES

 

Thierry DELATTRE

Administrateur de la Société d'Emulation de Roubaix

Conservateur des Archives Municipales de Roubaix

 

Au XIXème siècle, l’immigration des ouvriers belges d’origine flamande accroît prodigieusement la population de Roubaix. Devant ces faits, Monseigneur Régnier, archevêque de Cambrai, sollicite les Pères Récollets de Belgique afin qu’ils viennent s’implanter dans notre ville.

 

A Pâques 1857, les frères Mineurs Récollets de Gand arrivent à Roubaix. Les Bons Pères, ainsi surnommés par les roubaisiens, s’installent provisoirement dans la chapelle des Carmélites, rue du Collège pour se fixer ensuite rue St Antoine.

 

Le 7 octobre 1857, ils font l’acquisition d’un vaste terrain en plein champ, au lieu dit «  Basse Masure », appartenant à M. Louis Dujardin, fabricant à Mouscron. Le 21 novembre, la première pierre du couvent Saint-Joseph est posée et sera scellée par Monseigneur Régnier le 15 mai 1859, en présence de plusieurs membres du Conseil Municipal.

 

Les fondations de l’église, ouvertes dès le 21 avril 1858, se poursuivent. Les plans dressés par l’architecte départemental M. Dewarlez, respectent la ligne ogivale, comme le veut la tradition de cet ordre religieux. La façade s’étend sur plus de 30 mètres et le bâtiment mesure 52 mètres de long sur 23 de large. Le coût en est de 80 000 francs, dont 21 000 francs de subvention accordés le 27 mai 1859 par le Conseil Municipal.

 

Avant même l’achèvement des travaux, l’église est placée sous l’invocation de Saint Joseph, patron de la province gallo-belge . Bénie le 23 juin 1860, elle sera consacrée le 8 septembre 1873. Les offices religieux y sont célébrés en langue flamande. Serait-ce là l’origine du nom de la rue de Flandre ? …

 

Les difficultés commencent …

 

Entre-temps, en juin 1859 et jusque fin avril 1861, les Pères Récollets s’installent dans le couvent. Le 6 novembre 1880, les 15 religieux sont frappés d’un arrêt d’expulsion et reconduits à la frontière par le commissaire « Broyer ». L’immeuble reste cependant gardé par un frère d’origine française.

 

Les frères franciscains y reviennent quelques années, mais la congrégation se trouve à nouveau expulsée le 10 avril 1903, en application de la loi Waldeck-Rousseau. L’église est alors mise sous scellés, le mobilier est vendu aux enchères et le monastère placé sous séquestre.

 

En 1907, la société coopérative de boulangerie  « L’Union » rachète les locaux pour en faire un dépôt de pain. L’association de gymnastique  «  L’Avant-Garde » s’y installe également. Pendant la guerre14-18, le couvent fut occupé par les Germains et une petite école d’apprentissage. Le 8 mai 1921, le Père Cyprien Eloy y revient à la tête des religieux.

 

L’année 1973 marque le départ définitif des Pères. Les bâtiments sont vendus au CAL-PACT et ont depuis été transformés en résidence.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.