Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > PATRIMOINE RELIGIEUX > Pierres de Roubaix > La Chapelle Carette

La Chapelle Carette

goole+ facebook twitter
LA CHAPELLE CARETTE
 
 

D’après les archives de la Société d’Emulation de Roubaix

1860-1960 Centenaire de l’église Saint François d’Assise à Roubaix

Fonds d’archives de Jacques Prouvost

 

 

La dévotion à Notre Dame d’Assistance a pris naissance au seuil du 18ème siècle qui voyait en même temps la fin du règne de Louis XIV.

 

Depuis une longue période, les guerres incessantes avaient troublé la sécurité. On subissait les fréquentes incursions de bandits puissants qui avaient établi leur quartier général dans la ville d’Ath en Hainaut et, de là, rançonnaient les fermes et les villes ouvertes. On appelait ces brigands les « Catulas ».

 

En 1692, ils avaient pillé et réduit en cendres la ferme de la « Grande Vigne », sur les confins de Wattrelos. En 1709, ils avaient ravagé les fiefs du Chemin des Couteaux. Ils revinrent aux alentours de 1713 et, cette fois, pour un plus long stage. Toute la population se réfugia au centre, dans l’enceinte militaire gardée.

 

Certain jour qu’un riche fermier roubaisien, Pierre Delbecque-Jonville s’était risqué dans la campagne, il fut assailli par les Catulas, dépouillé de ses vêtements et garrotté. Allait-on le tuer ou exiger rançon ? Tandis qu’on délibérait sur son sort, le malheureux se tourne vers la Vierge qu’il avait coutume de prier et invoqua son assistance. La réponse fut immédiate. Les bandits, sans motif apparent, s’en allèrent aussitôt, l’abandonnant sur le terrain.

 

C’est pour reconnaître cette intervention miraculeuse que Pierre Delbecque fit construire, sur un chemin qu’on peut situer aujourd’hui au carrefour des rues d’Archimède et de Blanchemaille, une jolie chapelle en briques, ornée de pierres blanches, qui mesurait de 6 à 7 mètres en longueur sur une largeur de 5. Un beau campanile en ornait la façade ; on y mit une cloche si sonore qu’on l’entendait à six kilomètres à la ronde. On y plaça surtout une très belle statue de la Vierge qu’on invoqua sous le vocable de Notre Dame d’Assistance. L’Enfant porte le globe du monde surmonté de la croix. Il saisit de la main, le sceptre que soutient sa mère. La Vierge et l’Enfant sont couronnés. L’ensemble figure bien la double royauté du Fils de Dieu et de sa divine Mère sur l’univers tout entier. La chapelle fut confiée aux soins d’un homme pieux et bon, Louis Carette, si bien qu’elle finit par en porter le nom.

 

Bénie le 2 juillet 1718 pendant la Fête de la Visitation, cette chapelle devint le centre de la dévotion roubaisienne à Marie. On n’y disait pas la Messe, mais tous les samedis de l’année et tous les jours de Carême, quand les chemins étaient praticables, on s’y rassemblait pour chanter les Litanies de la Sainte Vierge, réciter le chapelet ou entendre quelque pieuse lecture.

 

Soixante-dix ans plus tard éclate la Grande Révolution. Tout ce qui porte le nom chrétien est pourchassé. La chapelle Carette est fermée. Des bandes armées dépouillent Notre Dame d’Assistance de ses riches ornements, volent les deux couronnes d’argent ainsi que le sceptre marial. Celui-ci est arraché avec tant de violence que la main du Christ en est mutilée. Le gardien de la chapelle, Louis Agache, se dévoua pour emporter la statue dans ses bras, la cacher jusqu’au soir dans une meule de foin et l’emmener la nuit, au péril de sa vie, dans la maison qu’il habitait rue du Pays.

 

Avec non moins de courage, il sauva la cloche dont le son argentin ne se faisait plus entendre pour l’appel de l’Angélus. Quant à la chapelle, malgré les courageuses interventions, elle fut livrée au pillage des démolisseurs qui creusèrent jusque dans les fondations, persuadés d’y trouver un trésor à côté de la première pierre. Les matériaux vendus à la criée, furent adjugés pour la somme de 2,50 francs. Il ne resta du sanctuaire, qu’un vieux tilleul qui l’abritait de son ombre et en rappelait l’emplacement.

 

Au sortir de la Révolution, nos pères étaient trop croyants pour ne pas continuer d’invoquer en secret Notre Dame d’Assistance. La famille Agache, qui avait sauvé la statue, aimait s’agenouiller devant elle, grossie parfois de tous les gens du voisinage. La Vierge fut échue, par voie de succession à Charles Agache qui habitait cette partie de la rue du Fontenoy qu’on nommait à l’époque « la barrière des écorcheurs ».

 

C’était devenu un dicton dans Roubaix, en cas de maladie ou d’épreuve, qu’il fallait « allumer des chandelles à la maison Charles ». Sur le tilleul qui rappelait le souvenir de la chapelle Carette, la Terreur à peine achevée, on avait fixé dans une niche une statuette de la Vierge.

 

Mais voici qu’un nouveau miracle vint réveiller le culte public. On était en 1817, juste un siècle après la délivrance miraculeuse de Pierre Delbecque.

 

En juillet, Louis Delbecque, l’arrière-petit-fils du fondateur, est atteint d’une fièvre mortelle, à l’âge de sept ans. Le médecin de famille a perdu tout espoir, c’est le dénouement fatal pour la nuit même. Le père de l’enfant ne s’y résigne pas. Il se tourna à nouveau vers Notre Dame d’Assistance et lui promet de restaurer la chapelle s’il a le bonheur de voir survivre l’héritier de son nom. Le vœu à peine formulé est exaucé sans délai. Quand le médecin reviendra, quelques heures après, dans la pensée de constater le décès, il trouvera l’enfant en pleine convalescence.

 

Le mois d’août suivant, c’est cet enfant qui posa lui-même la première de la nouvelle chapelle. Celle-ci, un peu plus petite que la précédente, abrita une nouvelle cloche et une nouvelle statue, les statue et cloche primitives ayant, par voie de donation ou d’héritage, passé en d’autres mains.

 

On vit refleurir l’antique dévotion à la Vierge de Roubaix. Les passants s’arrêtaient pour prendre de l’eau bénite et réciter une prière devant l’image sacrée. Tous les jours, pendant la belle saison, à la tombée de la nuit, tous les samedis en hiver vers les 9 heures du soir au son de la cloche, on y priait ensemble.

 

Tous les dimanches sans exception, la réunion s’y tenait à l’issue des Vêpres et, en la nuit de Noël, c’est à minuit même que l’on venait de partout s’y associer aux joies de la Maternité de la Sainte Vierge. On appelait cela « chanter les Litanies ».

 

Au troisième jour des Rogations, le clergé de Saint Martin puis, à partir de 1846, celui de Notre Dame, après avoir béni les campagnes, s’arrêtait processionnellement pour chanter à la chapelle Carette le « Régina Coeli ».

 

Quand il y avait procession dans Roubaix aux fêtes du Saint Sacrement, des Saints Pierre et Paul, du Sacré-cœur, de l’Ascension ou de la ducasse, on voyait les porteuses de la statue venir chercher Notre Dame d’Assistance et la mêler au cortège qui défilait dans la ville ou à travers champs.

 

C’est l’agrandissement de la cité qui amena, en 1858, la destruction de la chapelle Carette. Bâtie originairement en plein champs, elle se trouva placée dangereusement plus tard à un carrefour de circulation. Le maire de la ville demanda son transfert en quelque autre endroit.

 

Comme l’année suivante, le 15 mai 1859, on posait la première pierre de l’église Saint François, les religieux Récollets, c’est à dire les franciscains belges, qui devaient en être les desservants, furent chargés du culte de Notre Dame d’Assistance. Une jolie chapelle y fut aménagée et, au cours de l’année 1862, la Vierge de Roubaix y trouvait une demeure, cette fois définitive.

 

En 1877, d’actives recherches heureusement couronnées de succès, acquirent à l’église Saint François la cloche et la statue primitive de la chapelle Carette.

 
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.