Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > PATRIMOINE RELIGIEUX > Pierres de Roubaix > Le couvent des Clarisses

Le couvent des Clarisses

goole+ facebook twitter

                          


LE COUVENT DES CLARISSES DE ROUBAIX
 
 
Par le Docteur Xavier Lepoutre
 
Président de l'Association des Amis du Couvent des Clarisses
 
 
Les tournaisiens Henri Desclée ( 1802 –1873 ) et son frère François ( 1802 – 1842 ) s’associent et deviennent les pionniers de la fabrication et de la distribution de gaz d’éclairage. Ils édifient une usine à gaz à Roubaix en 1837.
 
En 1857, un incendie se déclare dans cette usine de Roubaix. Le feu risque d’atteindre les réservoirs, on craint une explosion et l’anéantissement du quartier. Henri Desclée fait alors le vœu , si la catastrophe est évitée, d’appeler une communauté de religieuses contemplatives à Roubaix. Le vent tourne et l’incendie est maîtrisé sans dommages humains.
Quelques mois avant son décès, Henri Desclée décide de réaliser sa promesse. Il demande à l’architecte belge, le baron Jean Baptiste Béthune ( 1821 – 1894 ) d’établir les plans d’un couvent pour Roubaix. Après sa mort, ses fils Henri et Jules poursuivront son œuvre.
 
La première pierre du couvent est posée le 1er mars 1874 dans le quartier populaire de l’Epeule sur des terrains appartenant à la famille Desclée. La construction est financée par l’héritage de la fille de M. Henri Desclée, Pauline, entrée chez les Clarisses de Tournai sous le nom de sœur Françoise, par M. de Roisin, Me Cottigny ancien notaire à Roubaix et les actionnaires de la Compagnie du gaz. Une école est adjointe au couvent selon la volonté de M. Constantin Descat, Maire de Roubaix, car le quartier n’en possède pas.
 
 
Le 3 juillet 1876, neuf sœurs clarisses ( six sœurs cloîtrées et trois sœurs externes ) arrivent du Couvent de Tournai. L’école gratuite de filles tenues par les sœurs externes ouvre le 2 octobre 1877 et accueille 200 élèves dès la première année.   
 
En 1880, les sœurs sont menacées, une première fois, d’expulsion mais les roubaisiens refusent de les voir partir. Une pétition est envoyée au Président de la République. Une nuit, 1500 personnes se massent devant le monastère. Finalement les Clarisses ne seront pas expulsées.
 
Il n’en est pas de même vingt ans plus tard. A la suite du vote de la Chambre des Députés du 26 juin 1903, la communauté doit fermer avant le 1er octobre. Les Clarisses quittent Roubaix le 15 octobre pour la ville de Renaix en Belgique. Cependant, à la demande de l’abbé Debacker, curé de la paroisse, deux sœurs externes qui se sécularisent restent pour continuer l’action auprès des enfants du quartier : catéchisme et patronage.
 
Malgré les protestations de la famille Desclée  qui se déclare propriétaire des lieux, un liquidateur est nommé et le couvent mis en vente. Il sera racheté par un industriel roubaisien, M. Jules Masurel, en 1906 pour la somme de 72 028 francs. Le monastère est transformé en Maison d’œuvres, une école technique y est créée et l’école Sainte Claire réouverte.
 
Une partie des Clarisses de Renaix reviennent à Roubaix en octobre 1923. Douze ans plus tard, huit d’entre elles partent pour Vinh au Nord Vietnam pour y fonder une nouvelle communauté. Elles seront rappelées à Roubaix en 1950 en raison des troubles qui sévissent dans le pays.
En juin 1976, les Clarisses fêtent le centenaire de leur fondation, un nouvel autel est consacré par l’évêque de Lille. En 1996, la communauté accueille les sœurs du couvent de Cambrai qui ferme. En juillet 2003, une jeune sœur d’origine cambodgienne, présente depuis six ans, prononce ses vœux perpétuels. La Mère Abbesse fête son jubilé de cinquante ans de vie religieuse en juillet 2007. Mais au décès de celle-ci, l’année suivante, la communauté doit fermer. Les quatre religieuses qui restent partent pour le couvent de Nancy tandis que l’école Sainte Claire ferme définitivement en juin 2008. Cependant, une messe continue à être célébrée dans la chapelle pendant un an.
 
Le 30 décembre 2010, le couvent et l’école sont inscrits en totalité à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques.Actuellement, le sort des bâtiments est incertain, si un projet de transformation de l’école en crèche est prévu, le couvent en lui même reste, pour le moment, sans affectation.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


par LEYS MARIETTE le 26/08/2014
c'est avec tristesse que j'ai appris le décès du Père Régis De Beer.Je l'ai connu au temps où il était à Roubaix ,grâce à lui j'ai connu la fraternité de saint François,Je suis une ancienne de cette fraternité puisque c'est encore à Roubaix que j'ai fait mon entrée,le Père Regis a été mon premier directeur spirituel,je lui dois beaucoup,il est toujours difficile de perdre un visage que l'on a connu il y a très longtemps ,pardonnez moi d'être venue vous importuner,permettez-moi de m'unir à vos prières.Respectueusement Leys Mariette
par TERFAS le 14/02/2014
Bonjour Monsieur, Trés bon article. Je viens vers vous car j'ai 42 ans et ai vécu de merveilleux moments d'enfance à l'ecole sainte claire et au catéchisme du couvent. J'aimerai savoir, moi et mes amies d'enfance, s'il serait possible de visiter le couvent prochainement. Nous aimerions "nous y replonger" et le faire découvrir à d'autres amis connaissant très peu ce magnifique bâtiment ainsi que le quartier. Merci de votre réponse Cordialement, Mme TERFAS