Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > PATRIMOINE RELIGIEUX > Pierres de Roubaix > Le Temple Protestant

Le Temple Protestant

goole+ facebook twitter

 

LE TEMPLE PROTESTANT

 

Par Gilles MAURY, vice-président de la Société d’Emulation de Roubaix

 

C’est grâce au parrainage de l’industriel Isaac Holden (1807-1897), anglais d’origine et installé à Croix, que l’édification du nouveau temple protestant de Roubaix fut possible. L’implantation des différentes usines textiles de cette firme, à Croix comme à Reims, avait entraîné une forte augmentation de la présence anglaise et partant, du culte protestant. Industriel modèle, Isaac Holden finança en premier lieu le temple de Croix, aujourd’hui disparu, de même que celui de Reims en 1867.

 

La même année a lieu à Lille un concours pour l’édification du nouveau temple, auquel participe le jeune architecte Auguste Dupire-Deschamps (1848-1916), frère d’Edouard Dupire-Rozan (1842-1901), alors architecte attitré de la famille Holden. C’est par cette connexion que lui échoit, sans doute sous l’autorité de son frère, la direction des travaux de construction du nouveau temple roubaisien.

 

La conception du bâtiment revient en effet à un architecte amiénois, un certain J.J. Schulthers, commandité certainement par la communauté protestante*, indépendante des Holden qui ne furent ici que des donateurs.

 

Véritable centre communautaire, le temple comporte trois édifices distincts nettement articulés dans l’espace de la rue des Arts. Au logis du pasteur font face les salles de réunions, encadrant ainsi une cour de rassemblement que domine le temple lui-même. Cette disposition est en soi une originalité, qui signale l’habileté de l’architecte à placer subtilement son programme sur une parcelle difficile.

 

Construit en brique ordinaire, à peine souligné de quelques éléments décoratifs en pierre (encadrements des baies, chaînages d’angles…),  l’édifice s’apparente aux nouvelles églises construites dans les quartiers populaires de Roubaix à la même période, comme Sainte-Elisabeth (1863), œuvre de Théodore Lepers, oncle des frères Dupire.

 

L’intérieur, aussi sobre que les façades, présente un espace de prière étonnant d’ampleur, magistral exercice de composition.

 

Si la tribune est une figure obligée de l’espace protestant, l’architecte en fait une ceinture ininterrompue de panneaux de chêne, unifiant tout l’espace. La tribune établit un contraste entre les parties haute et basse, que le concepteur exploite en donnant à cette dernière une grande hauteur sous voûte.

 

Les grandes verrières, inespérées dans un intérieur d’îlot, apportent une généreuse lumière qui amplifie les dimensions de la nef.

La voûte en plein-cintre, très probablement en pin et d’un dessin et d’une proportion augmentant ce dispositif.

 

Les matériaux sont utilisés aussi simplement que possible. Un enduit recouvre les maçonneries, tandis que des boiseries simplement cirées sont posées en lambris ou habillent le chœur. Les colonnes en fonte, baguées, qui supportent la tribune donnent une touche rationaliste au bâtiment : on ne masque pas la construction par des décorations superflues.

 

Complétant l’architecture, le mobilier est également original. Egalement en chêne, d’un dessin solide, il contribue à l’unité spatiale.

Fidèle aux idéaux de rigueur et de modestie de l’éthique protestante, le temple de Roubaix est pourtant une œuvre architecturale qui dépasse ces contraintes. L’économie matérielle est parfaitement maîtrisée et sert à créer un espace adéquat tout autant que représentatif de son époque.

  • Les plans sont bien signés de Schulthers et sont conservés dans les très importantes archives communautaires, qui restent à exploiter plus précisément.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.