Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > PATRIMOINE RELIGIEUX > Pierres de Roubaix > Les églises roubaisiennes

Les églises roubaisiennes

goole+ facebook twitter

 

LA VIE ROUBAISIENNE EN 1893

 

Ce texte a paru le 28 août 1993, suite de l’évocation du passé de la vile par M.Derreumaux, président de la Société d’Emulation. Aujourd’hui les églises

 

 

 

 

 

En 1893, Roubaix compte 8 églises qui accueillent, lors des célébrations, un nombre important de fidèles. Les offices sont nombreux ; outre les messes dominicales auxquelles se rendent les Roubaisiens endimanchés, on y célèbre, l’après midi, les vêpres et le salut. Les funérailles donnent lieu à d’importantes cérémonies au cours desquelles le corbillard, accompagné du prêtre et des enfants de chœur tout de noir vêtus, traverse la ville partant de la demeure du défunt, que l’on a décoré de tentures noires, pour se rendre à l’église suivi des parents, amis et voisins en un cortège recueilli. Le décorum est en relation avec la personnalité du mort et la messe qui comprend plusieurs catégories (première classe et autres) revêt un caractère prestigieux.

 

 Les mariages sont aussi une occasion de cérémonies grandioses ave cortèges importants de garçons  et de demoiselles d’honneur où l’on rivalise de somptuosités dans les toilettes.

 

 Les baptêmes ne sont pas en retrait dans ces manifestations extérieures, de même que les communions solennelles où au luxe des robes virginales s’ajoute la rivalité du cierge le plus imposant.

 

Cependant, à côté de cet étalage qui fait partie de la vie de cette époque, une partie de la population ne peut se hisser à ce niveau et se contente de suivre modestement ces « modes » tandis que les « indigents » ne bénéficient que de la charité d’un service minimum gratuit.

 

 

Tout ceci se déroule avec plus ou moins d’apparat, selon les paroisses et la richesse du quartier qu’elles desservent, dans les églises de Roubaix à propos desquelles nous vous donnons ci-après quelques indications sur leur situation en 1893.

 

 Huit églises auxquelles allaient s’en ajouter plus tard six autres :

 

 

 

 

 

 

 Saint Martin : C’est l’église du Bourg. Elle sera la seule jusqu’en 1849. En 1893, la paroisse est sous l’autorité du doyen curé Berteaux, chanoine honoraire de la cathédrale de Cambrai, aidé de trois vicaires : MM. Lefebvre, Rafin et Declerck, d’un prêtre auxiliaire, M. Talbroux, d’un prêtre sacristain, M. Brame. Participe aussi la vie de la paroisse, M. Vassart, aumônier des Sœurs de la Sainte Union. Les paroissiens sont au nombre d’environ 15 000.

 

 

 

                                        

 

 

Notre Dame : construite de 1842 à 1845, sous la direction de M. Dewarlez, architecte, la paroisse a été érigée par l’autorité ecclésiastique début 1849 et définitivement fixée par décret du 28 octobre 1852. Son doyen curé est M. Auguste Evrard, chanoine honoraire de la Cathédrale de Toulouse et de Cambrai. Il est aidé de 5 vicaires, MM. Delporte, Chavatte, Rolliez, Thomassin et Maufroid. Les paroissiens de Notre dame sont d’environ 29 000.

 

 

Sainte Elisabeth : Erigée par décret du 6 août 1863, cette paroisse compte 22 000 paroissiens. L’église a été construite de 1860 à 1863 par M. Lepers, architecte. Le curé est M. Julien Tilmant, quatre vicaires contribuent à son fonctionnement : MM. Constant Deboudt, Paul Vaillant, Emile Hostelart et Jules Clais. Sur le territoire de la paroisse se trouve l’établissement des Petites Sœurs des Pauvres dont l’aumônier est M. Testelin.

 

 

 

                                  

 

 

 Sacré Cœur : Cette paroisse fut érigée par décret du 10 novembre 1875. Sa population en 1893 est de 14 000 paroissiens environ. Elle est dirigée par M. Aimé Emmanuel Coude qui est entouré de trois vicaires : MM. Augustin Delhoute, Joseph Loones et Louis Delacourt. Le couvent de la Visitation très proche a pour aumônier M. Descat.

 

 

 Saint Sépulcre : Elles est considéré comme succursale et a été érigée par décret du 19 juillet 1877. Sur son territoire, on compte 12 500 paroissiens. Son curé est M. Louis Debaecker qui est aidé de trois vicaires : MM. Samsoen, Gardyn et Hust. Le couvent des Clarisses de la rue de l’Epeule a pour aumônier M. Defasque. Un prêtre en retraite, participe aux activités de la paroisse.

 

                                       

 

Saint Joseph : C’est aussi une succursale érigée par décret du 16 mai 1881 dont la population est de 16 000 paroissiens. Le curé en est M.Lesage avec quatre vicaires : MM. Charles Coeman, Léonide Cartigny, François L’Hermitte et Henri Wulleputte.

 

 

Saint Rédempteur : Sa construction a commencé le 3 juillet 1881, date de la bénédiction de la première pierre, elle a été achevée et ouverte au culte le 17 février 1884. Elle était en 1893 considérée comme une chapelle de secours destinée à desservir le quartier du Pile. Elle avait comme curé M. léon Cattelin avec deux vicaires : MM. Coussemaecker et Vandieronck.

 

 

 

 Saint Jean Baptiste : C’est aussi une chapelle de secours destinée à desservir le quartier du Raverdi. Dans ce quartier en développement, la population paroissiale en 1893 n’était que de 3 500 habitants. Le sol sur lequel elle avait été bâtie avait été donné à la ville le 27 mai 1890. La construction avait été commencée le 12 novembre 1887 et achevée le 15 décembre 1890. L’ouverture avait eu lieu le 5 janvier 1891.

 

 Par la suite, la structure catholique de Roubaix sera complétée par 6 églises supplémentaires :

-Saint Antoine, en 1900,

- Saint François d’Assise en 1907,

- Saint Michel, en 1911,

- Saint Vincent de Paul, en 1919,

- Notre Dame de Lourdes en 1932,

- et Sainte Bernadette en 1933.

  

Temples et synagogue :

 

En dehors de ces églises catholiques, les Roubaisiens d’autres confessions disposaient également d’un temple protestant érigé rue des Arts ; installé en cet endroit depuis août 1871, dirigé en 1893 par le pasteur Ernest Monod qui avait remplacé en cours de l’année le pasteur Victor Leplat, démissionnaire, nommé pasteur honoraire. Un pasteur auxiliaire, Paul Perrelet, participait aux activités de la communauté protestante.

Avant l’édification du temple de la rue des Arts, les cérémonies protestantes se déroulaient dans le temple de la rue de la redoute qui avait été conservé et affecté aux protestants flamands assez nombreux à Roubaix en raison du grand nombre de familles originaires de Belgique, venues travailler à Roubaix. Les deux temples protestants étaient placés sous le patronage de l’Eglise réformée de Roubaix.

 

 Enfin, citons l’existence du Temple israélite, situé rue des Champs depuis 1878. Il était placé sous l’autorité d’une commission administrative présidée par Isidore Weill, aidé de Jacques Marx, ministre officiant.

 

 Telle était la physionomie religieuse de Roubaix il y a juste 100 ans. Une présence importante renforcée par des œuvres intégrées très nombreuses (patronages pour enfants et jeunes gens, cercles pour adultes, œuvre de bienfaisance, mutuelles) sans parler des écoles privées, très fréquentées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.