Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > PATRIMOINE RELIGIEUX > Pierres de Roubaix > Notre Dame des Victoires

Notre Dame des Victoires

goole+ facebook twitter

LE COLLEGE DE ROUBAIX

NOTRE DAME DES VICTOIRES

 

C'est en 1845 que l'abbé Lecomte, supérieur du collège de Tourcoing crée l'Institution Notre-Dame des Victoires dans la ville voisine de Roubaix. Celle-ci est une agglomération importante de plus de trente mille habitants, chiffre qu'elle dépassera avec près de 120.000 peu avant la première Guerre mondiale. Tourcoing, autre grande ville du textile, connaît la même évolution démographique.
 
En 1843, la famille Destombes y élève me chapelle privée dédiée à Notre-Dame-des-Victoires. Rappelons la date de 1838 qui voit la création de l'« Archiconfrérie du Très Saint et Immaculé cœur de Marie » au sein de l'église Notre-Dame-des-Victoires à Paris. En 1841, François Libermann fonde à Amiens la congrégation du Sacré-Cœur de Marie en liaison avec l'archiconfrérie de Paris. Quatre ans plus tard, c'est donc le tour de Roubaix. Son établissement scolaire (avec sa confrérie) est le seul à être placé sous ce vocable au sein de l'Académie de Douai (qui sera plus tard celle de Lille). Par ailleurs, dans la région de Lille, vers le sud est, on recense, à partir de 1850, plusieurs chapelles et églises dédiées à Notre-Dame des Victoires, pour la plupart construites ex nihilo.
  
Le collège de Roubaix
  
Cet établissement scolaire est installé à la limite de la ville, au lieu dit La Fosse aux Chênes ». Le biographe de son fondateur n'explique pas pourquoi la dénomination à Notre-Dame-des-Victoires fut choisie mais précise quand même que des propositions furent faites pour «Notre Dame des Champs». Mais le prêtre fondateur tint bon et en 1850 renouvelle ses recommandations en faveur du patronage du Sacré Cœur de Marie, refuge des pécheurs.  Comment connaissait-il la confrérie de Paris ? La consultation des titres des livres des cabinets de lecture de la ville de Roubaix est stérile, aucune trace d'ouvrages traitant du culte marial. Nous ne connaissons pas non plus la bibliothèque de l'abbé Lecomte, mais nous savons, toujours par la même source, que celui-ci fréquentait deux éminentes personnalités parisiennes, Rousselle et Geoffroy Saint-Hilaire qui l'ont peut-être informé sur la naissance de ce nouveau culte marial. En tout cas, les dates coïncident parfaitement.
 
L'établissement scolaire occupe une ancienne filature et, en 1868, subit d'importantes modifications architecturales. Une nouvelle chapelle y est édifiée, heureusement préservée lors des travaux récents (en 2000) effectués lors de la rénovation du Lycée Turgot qui s'est installé en ces lieux. En effet, le collège avait déménagé pour de nouveaux bâtiments ouverts en 1893. C'est l'époque des conflits avec la municipalité propriétaire des lieux. Une livraison complète des « Mémoires de la Société d'Émulation de Roubaix » (t. VI, 1890) est consacrée à cette Histoire de l'Institution Notre-Dame-des Victoires de Roubaix par l'abbé Théodore Leuridan. L'acquisition de terrains, la collecte des capitaux sont réalisées en 1892, date où les socialistes avec le guesdiste Carette emportent la municipalité.
 
À partir de 1893, le collège est dans ses murs avec une chapelle construite par l'architecte Achille Liagre. On comprend alors, dans ce contexte politique très particulier, le discours de Mgr Baunard, recteur de la jeune et active Université catholique à propos du jubilé de l'abbé Henri Chabé, supérieur du collège. Citons : « Cette maison, c'est son palais (Notre Dame des Victoires) palais et citadelle à la fois, puisque nous sommes toujours sur un champ de bataille », et également ces lignes extraites de l'Album souvenir 1845-1900 : « en 1892, les élections furent fatales. Ce grave échec provoqua un admirable élan des catholiques et leur revanche fut la construction de leur collège » (4). Un vitrail de la chapelle signé Vantillard (5) illustre bien la situation sociale des élèves : sous l'œil bienveillant de Notre Dame des Victoires, des communiants reçoivent leur hostie en compagnie de saint Louis de Gonzague. En marge, les noms des donateurs : Motte, Toulemonde, Prouvost, Mulliez, c'est-à-dire ceux des plus riches familles de Roubaix dont les tombes encore majestueuses occupent à présent la grande allée des concessions à perpétuité du cimetière communal. La façade de la chapelle construite au fond d'une cour carrée est ornée d'un porche surmonté d'une grande statue de Notre-Dame-des-Victoires. Le décor extérieur, les vitraux, les statues entretiennent le souvenir du culte de Notre Dame. À l'extérieur, derrière de hauts murs fermant la rue, les bâtiments de trois étages portent sur leurs façades à chaque niveau et régulièrement espacés des fers d'ancrages avec les lettres N.D.V.
 
Grâce à la consultation des différentes archives (collège, diocèse et département) et aussi des nombreux bulletins (Bulletins de l'association des anciens de Notre-Dame-des-Victoires, ou Bulletins produits par le collège lui-même, plaquettes publiées à l'occasion de jubilés ou de voyages) il nous est possible de suivre quelque peu la vie spirituelle du collège. Dans les recommandations pour les prêches, on parle du Cœur immaculé de Marie seulement jusque 1860. Chaque année, un voyage est organisé avec un train spécial pour Namur, Bruxelles et les grands lieux du pèlerinage. Les élèves visitent Paris, se rendent au Sacré-Cœur mais négligent le passage à Notre-Dame-des-Victoires. Celle-ci est invoquée cependant dans les années trente par un chant dont voici le texte :
 
"Vierge qui défends le monde
Toi qui foules le serpent
Tu vainquis le vice immonde
A nos pieds toujours rampants
Notre Dame sous l'égide de ton bras
Fiers émules de ta gloire
Nous menons de bons combats
Patronne de la France tu la guides de ta main
Par la joie et la souffrance vers son glorieux destin."
 
Ce chant (6) de l'entre-deux-guerres est inspiré non seulement par la description de la statue elle-même mais s'inscrit dans le droit fil des discours de 1892 : Notre Dame des Victoires aide les croyants contre les ennemis de l'intérieur comme de l'extérieur. Nous sommes assez loin du refuge des pécheurs dont le souvenir s'est peu à peu étiolé comme le révèlent les choix des pèlerinages. En 1946, de grandes festivités eurent lieu à Roubaix pour le centenaire du collège sous la présidence du cardinal Liénart, évêque de Lille. À cette occasion, une médaille commémorative fut frappée d'après un dessin du graveur Gustave Muller. L'espace de l'avers est occupé par la Vierge et le Christ au centre, entourés par trois victoires ailées portant des couronnes de lauriers à la main. Des palmes soulignent la bordure inférieure. L'artiste a donc privilégié en accord avec l'esprit du temps et des lieux, la victoire et ses attributs.
  
La répétition d'une telle interprétation surtout après 1918 et 1945 a forgé un esprit de cohésion spirituelle, en accord avec un recrutement social très homogène, d'origine presque exclusivement patronale. Ainsi, une dizaine de troupes se partageaient le district scout de Roubaix. La deuxième Roubaix recrutait des élèves des divers établissements libres et publics de Roubaix, mais une scission eut lieu pour créer une « troisième Roubaix » propre au seul collège de Roubaix. En 1965, a lieu la fusion avec l'Institution Saint Louis dont les élèves sont issus de classes moyennes. La presse fait allusion à une certaine émotion chez les parents et certains préfèrent inscrire leurs enfants au collège de Marcq, plus conforme à leur milieu social (8). Ceci nous a été plusieurs fois confirmé par les anciens du collège que nous avons contactés par voie de presse : "il y avait un esprit maison" très particulier sous le patronage d'une Vierge triomphante et victorieuse. Bien peu - nous avions reçu une cinquantaine de réponses à notre appel dans les journaux régionaux - voyaient encore le rapport avec la basilique de Paris. Le lien s'était distendu très tôt pour disparaître par la suite.
 
Extrait de « La dévotion mariale de l'an Mil à nos jours »,
Université d'Artois, Arras, 2005
 
 
(1) Deux mémoires de maîtrise nous ont fourni une documentation très utile. Citons Delesalle J.-P., Les établissements libres dans l'Académie de Douai, Lille 1968 ; ouvreur N., Du collège communal de Tourcoing à l'Institut Libre du Sacré-Coeur 1802-1914), Lille 1993.
 
(2) Abbé Leblanc H.-J., Histoire du collège de Tourcoing, Tourcoing 1870, 567 p. en particulier p. 250
 
(3) Nos remerciements à M. Grelle de la Médiathèque pour la consultation des microfilms relatifs aux titres des ouvrages des cinq cabinets de lecture au XIXe s. Il n'y a pas non plus de confrérie féminine : Bonnie Smith, Les bourgeoises du Nord, Paris 1989, p. 79-101.
 
(4) Bulletin de l'Association amicale des anciens élèves de Notre-Dame-des-Victoires, 1900, p. 10 ; Album .souvenir 1845-1900, Roubaix 1901.
 
(5) Ensemble de vitraux restés inconnus jusqu'à ce jour, de même que trois grands panneaux du peintre Eugène Leroy.
 
(6) Nous remercions vivement M. Thieffry, de Marcq-en-Barœul, pour son efficace témoignage.
 
(7) Le 25ème anniversaire de la IIIème Roubaix dans Institution Notre-Dame-des-Victoires, février 1949, p. 49-53.
 
(8)  « La fusion Notre-Dame-des-Victoires-Saint-Louis, Nord Éclair, éd. Roubaix 8 avril 1965. Certaines scènes du film de E. Chatilliez, La vie est un long fleuve tranquille, ont été tournées devant ce collège.
 
 
 
Les églises Notre-Dame-des-Victoires dans l'arrondissement de Lille sont au nombre
de deux, trois si nous comptons la chapelle fondée par
les pères Montfortains à Tourcoing
 
Les églises
 
Les églises Notre-Dame-des-Victoires dans l'arrondissement de Lille sont au nombre de deux, trois si nous comptons la chapelle fondée par les pères Montfortains à Tourcoing en 1863-1866. Cet édifice, construit rue du Tilleul par l'architecte Maillard, est à présent détruit (9). Ici, la tradition mariale est tout à fait évidente. Celle de Lille, édifiée par l'architecte Jean Delrue pour l'industriel Thiriez, avec une aide financière de la famille Scrive, de 1935 à 1937, a été baptisée ainsi parce qu'un ménage Scrive s'est marié à Notre-Dame-des-Victoires de Paris. On y rappelait également le souvenir de la victoire de 1914-1918.
 
À Marcq-en-Barœul, bourgade située au nord de Lille, une église Notre-Dame-des-Victoires est construite en 1864 pour être détruite en 1973, laissant place à une église plus moderne. L'édifice primitif a été élevé grâce aux frères Scrive, tous deux industriels. Mais à ce projet, s'oppose une bienfaitrice, Mademoiselle Luiset. Celle-ci veut y édifier une église dédiée à Notre Dame de la Barrière. Le conflit entre les deux promoteurs, les Scrive voulant à tout prix une dédicace à Notre-Dame des Victoires, s'éternise et l'arbitrage de l'évêque de Cambrai est alors sollicité. La décision ne tarde guère et favorise le parti des industriels (10). Toujours à Marcq-en-Barœul, dans la vieille église du bourg, l'église Saint-Vincent, l'autel dédié à Notre Dame des Victoires porte les armoiries de la famille noble de Bats de Cugnac.
 
Au collège de Roubaix, comme dans les églises de Lille et de Marcq-en-Barœul, l'empreinte sociale a marqué la naissance puis le développement de la dévotion à Notre Dame des Victoires.
  
Les chapelles
 
En ce qui concerne les chapelles et oratoires, nous disposons d'une remarquable documentation rassemblée par l'A.R.A.R.C.O. (Association régionale pour l'aide à la restauration des chapelles et des oratoires) qui, non seulement, a édité trois importants répertoires des chapelles mais aussi met à jour systématiquement un fichier détaillé dans lequel chaque construction figure avec la date de création et les noms des propriétaires et des promoteurs (12). Nous pouvons ainsi éliminer de notre enquête les dédicaces « patriotiques » à Notre Dame des Victoires élevées après 1920 et ne retenir que celles qui ont trait au culte marial uniquement.
 
La plus ancienne est celle de Guémappe dans le Pas-de-Calais, fondée en 1849. Celle d'Hesmond le fut en 1851 avec une confrérie active et un pèlerinage réputé. À Lestrem, qui possède deux chapelles dédiées à Notre Dame des Victoires, la statue a été bénie par Desgenette en personne. Notons enfin la magnificence de la chapelle de Ruitz, construite par l'architecte de la cathédrale de Genève, Alexandre Grigny pour le vicomte de Rocourt (13). Toutes sont situées dans des zones de forte pratique religieuse. Ainsi dans l'est du département du Nord, dans les régions de Valenciennes et Avesnes, aucune dédicace n'a été relevée (14).
 
Dans un autre registre, nous n'avons trouvé aucune appellation Notre Dame des Victoires dans les archives de l'inscription maritime sur tout le littoral de la frontière belge à la Sommets. Sur terre comme sur l'eau, cette dévotion n'existait pas dans les milieux du travail et dans les régions peu pratiquantes.
 
En conclusion, il convient de rappeler l'ambiguïté de la dévotion rendue au très saint et immaculé cœur de Marie par l'archiconfrérie de Notre-Dame des Victoires de Paris. La dédicace de cette église rappelle la victoire contre les protestants à La Rochelle de Louis XIII qui en posa la première pierre en 1629. Le règlement mis au point par le fondateur de la confrérie demande une habitude de prières, une procession au mois de mai, l'entretien d'une chapelle. Au collège de Roubaix, la dévotion privilégie la statue aux dépens de la confrérie et ce qu'elle représente à l'apogée d'un catholicisme triomphant face aux dangers de l'athéisme et du socialisme municipal. La création de la paroisse de Marcq-en-Barœul est l'œuvre des milieux patronaux et bien des chapelles de campagnes très pratiquantes sont le fruit de la générosité de notables aisés, d'aristocrates ou de prêtres dynamiques. Les dates différent quelque peu de celles proposées par Claude Savart ; la plus grande expansion correspond au Second Empire, avec un net essoufflement après la naissance de la IIIème république. Les dédicaces plus tardives relèvent autant du patriotisme que de la religion. En résumé, nous avons la conviction que le choix de cette dévotion s'est fait en fonction d'un certain environnement conservateur et nostalgique de l'ancien régime, si on en juge par ses promoteurs et ses pratiquants. En 1986, une communauté de religieuses enseignantes a ouvert à Liévin un cours pour jeunes filles, intitulé Notre-Dame-des-Victoires (17). Ces religieuses, les Dominicaines enseignantes de Saint-Pré, ont fait ce choix sans lien avec l'archiconfrérie de Paris et pratiquent encore selon le rite liturgique traditionaliste de Pie V.
 
P. S. Nous sommes redevables envers MM. les abbés Beghin et Flipo pour leurs témoignages et leurs documents écrits ainsi qu'à MM. les proviseurs des lycées Saint-Rémi et Turgot et MM. Deboosere et Thieffry.
 
(9) Lottin A. (éd.), Histoire de Tourcoing, Dunkerque 1986, p. 274.
 
(10) Ansar P. et Ali, Histoire de Marcq-en-Baroeul, Lille 1983, p. 189-193. Archives diocésaines 4 C/224.
 
(11) Tous nos remerciements à M. Patrick Ansar pour ses renseignements et ses vérifications sur place.
 
(12) Cette association a édité Nos chapelles, 1988 ; Patalas I., Nos chapelles ... en parcourant le Pas-de-Calais, Arras 1997. Siège de l'A.R.A.R.C.O. : 23 rue Gosselet, B.P. 318, 59026 Lille Cedex. Pour le proche département de la Somme, citons Guerville A., Chapelles en pays de Somme, 2003, Abbeville. Voir aussi Decherf J.-L., Chapelles en Flandre, Steenwerck, Poperinghe 1993.
 
(13) Hilaire Y.-M., Une chrétienté au XIXe siècle ?, Lille 1977, 2 t. p. 382.
 
(14) Tous nos remerciements à Madame Annie Delmotte qui a prospecté ce secteur.
 
(15) Ici même, l'étude de Christian Borde qui a bien voulu nous confirmer dans ce sens. Voir aussi Boyer G., « L'onomastique des bateaux de pêche >, Sucellus, n° 50, 2000, p. 12-20 ; Pfister C., « La flotte gravelinoise : un essai d'inventaire », Revue d'Histoire de Dunkerque et du Littoral, n° 32, 1998, p. 181-210. Par ailleurs, le fonds des images d'Épinal ne contient aucun document relatif à Notre Dame des Victoires.
 
(16) Voir à ce sujet l'article de Cl. Savart, « Pour une sociologie de la ferveur religieuse, l'archiconfrérie de Notre Dame des Victoires », Revue d'histoire ecclésiastique, n° 49, 1964, p. 823-844. Malheureusement les archives de l'archiconfrérie sont pour l'instant inaccessibles.
 
(17) Transféré à Le Hérie-la-Viéville dans le département de l'Aisne en 1995
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


Il n'y a aucun commentaire pour le moment.