Société d'émulation
de Roubaix
Accueil > PATRIMOINE VERT > Pierres de Roubaix > Les moulins à vent

Les moulins à vent

goole+ facebook twitter
LES MOULINS A VENT DE ROUBAIX
 
 
Par le Docteur Xavier Lepoutre
Vice-Président de la Société d’Emulation de Roubaix
Membre de la Commission Historique du Nord

 
 
Des moulins à vent (soit à farine, soit à huile), il y en a eu à Roubaix bien que, de nos jours, il n’en reste plus aucun vestige. Détrônés par la machine à vapeur puis par l’électricité, ils disparurent comme les terres agricoles sur lesquelles ils se dressaient, terres agricoles qui furent inexorablement absorbées par le prodigieux développement de l’industrie textile au cours du XIXe siècle.
 
La connaissance de l’histoire des moulins à vent de Roubaix est très fragmentaire. Jacques Prouvost, regretté président de la Société d’Emulation de Roubaix et Jean Bruggeman, président de l’ARAM, ont, en leur temps, réalisé une étude sur ce sujet. Je me suis inspiré de leurs travaux pour cet article.
 
Les Archives départementales du Nord conservent des registres «  d’octroi de moulins » c’est à dire des permissions de construire. Ces registres mentionnent, sur Roubaix, au XVIe siècle, l’octroi d’un moulin à huile à Jehan Farvacques, en 1534, celui d’un autre moulin à huile à Michel Casteel et en 1603 d’un moulin à blé à Philippe Destombes.
 
En 1635, Sanderus fait figurer sur sa gravure deux moulins dans le lointain
 
Le moulin à vent le plus ancien et le plus connu de Roubaix est le moulin seigneurial mais dont on ne sait à quelle époque il avait été construit et qui se situait en haut de la rue Jean Moulin actuelle. Jean IV de Roubaix en percevait la dîme féodale tandis que la dîme ecclésiastique allait au Chapitre de la cathédrale de Tournai. En 1649, le meunier qui occupait la cense et le moulin se dénommait Mathias Jonville. En 1828, le meunier était un nommé Durot (décédé en 1848) tandis que le propriétaire était M. Mimerel Delaoutre. En 1853, le moulin fut acquis par le meunier Louis Mullier Bayart (décédé en 1883) et il construisit, en 1856, une maison puis, en 1858, un moulin à vapeur, le tout fut démoli en 1869. On reconstruisit le moulin, une tour maçonnée, en 1870, rue de Barbieux. Ce moulin cessa son activité en 1882, transformé en «  tour féodale » par l’adjonction d’un couronnement de créneaux et de mâchicoulis, il servit d’ornement au parc de M. Masurel sur lequel fut tracée, dans les années trente, la rue Anatole France. Le  «  moulin »  subsista jusque dans les années soixante où il fut démoli lors de la construction de l’école Anatole France. Le moulin seigneurial avait donné son nom au chemin puis à la rue qui y menait : rue du Haut Moulin jusqu’en 1867 puis rue du Moulin, appellation qui a été modifiée, en 1966, en rue Jean Moulin !
 
D’autres moulins à vent se dressèrent sur Roubaix, au XIXe siècle, car la Révolution en supprimant les privilèges en avait rendu la construction libre. Le plan de la commune de Roubaix du 25 vendémiaire de l’an XIII (17 octobre 1804) fait figurer six moulins.
 
Le premier était le moulin seigneurial que nous venons d’évoquer
 
Deux autres moulins se situaient à droite de la « route du Fresnoy » sur la hauteur près de la gare actuelle. En 1812, ils sont mentionnés dans le tableau indicatif des moulins : l’un à 18 mètres de l’axe de la route, l’autre à 12 mètres. Ils appartiennent alors tous les deux à M. Fremaux Benjamin, rentier à Tourcoing. Le moulin à blé disparut peu après cette date, tandis que le second, destiné à la fabrication d’huile, appartenait en 1828 à Louis Fremaux, cultivateur à Tourcoing. L’occupant était M. Farvacques Fremaux dont la veuve acquit le moulin en 1829. Ce moulin fut démoli en 1840, peut être à la suite des travaux de construction des voies de chemin de fer et de la gare de Roubaix (1842).
 
Le quatrième moulin à vent, à farine, était édifié à la ferme des Hauts - Champs, à la limite de Hem. En 1828, il appartenait à Mme Veuve Jean Baptiste Jonville. Lorsqu’il cessa son activité, le moulin était la propriété de Louis Agache.
 
Le cinquième moulin s’élevait près de la ferme de Beaurewaert, non loin de la rue de Beaurewaert et de la rue de Lannoy. Ce moulin à farine sur pivot appartenait à la famille meunière Fournier. On lui adjoignit, en 1851, un moulin à vapeur qui sera démoli en 1878 tandis que le moulin à vent avait disparu en 1864.
 
Enfin, le sixième moulin avait été édifié non loin de la Caisse d’Allocations familiales actuelle, il était destiné à broyer les écorces de chênes destinées aux tanneries et appartint à M. Bernard Duthoit, marchand de charbon. Il brûla dans les années 1850. Ce moulin avait donné son nom à la rue : rue du Moulin Bernard puis rue du Moulin brûlé. En 1871, cette rue prit le nom de rue Bernard. Le souvenir du moulin fut aussi, un temps, conservé par MM. C. et J. Bernard, épiciers en gros, rue de Lannoy, qui avait donné comme enseigne à leur commerce : « Au Moulin Bernard ». Tout cela disparut dans les années soixante lors de la démolition du secteur de la rue des Longues Haies.
                                    
 
Bibliographie :
 
Leuridan Théodore, Les rues de Roubaix, Mémoires de la Société d’Emulation de Roubaix, Cinquième série, tome II
Prouvost Jacques, Jean Bruggeman, A propos des Moulins de Roubaix, Rencontre avec les Moulins à vent de Roubaix, bibliothèque municipale de Roubaix, n°8 septembre 1983.  
  
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * .


par HESPEL le 09/12/2015
Bonjour Monsieur, Juste une petite précision : vous écrivez : "...appartint à M. Bernard Duthoit, marchand de charbon" Il s'agit en fait du couple : BERNARD Charles x DUTHOIT Vincente Florentine. Monsieur Charles BERNARD était effectivement marchand de charbon. Bien cordialement, Thierry HESPEL