Où trouver Gens & Pierres de Roubaix ?

Voici les librairies où vous pouvez vous procurer notre magazine Gens et Pierre de Roubaix

La Boutique du Lieu : Boutique du musée La Piscine « André Diligent » à Roubaix

La Presse du Parc : 118, boulevard du Général de Gaulle à Roubaix

Office de Tourisme de Roubaix : 7, rue du Chemin de fer à Roubaix

Librairie Autour des Mots : 1, place de la Gare à Roubaix

Le Furet du Nord : 25, Grand’Rue à Roubaix

La Civette de la Tour : 37, avenue Jussieu à Croix

La Presse Dequidt : 284, bd de Fourmies à Roubaix

La Manufacture : 29, avenue Julien Lagache à Roubaix

La Plume du Nord : 171, Grand’Rue à Roubaix

 

 

La société Lemaire, trois générations. Toutes photos © Collection Renaut

Ami Roubaisien, peut-être passes-tu quelquefois dans cette rue méconnue de ta ville, la rue Boucher-de-Perthes, à la limite de Croix et de Mouvaux, et peut-être lèves-tu la tête vers ce bâtiment de 8 étages, aujourd’hui d’un bleu délavé, en te demandant ce que cette friche industrielle, au parking encombré de carcasses de voitures, a bien pu abriter. Ce n’est que le fantôme d’une entreprise qui fut rayonnante en son temps et employa jusqu’à 270 personnes : la société Lemaire.

La construction

Tout commence à la fin du XIXe siècle avec Charles Renaut, mon grand-père, fils d’un petit fabricant de poêles installé rue des Chats Bossus à Lille. Il est « représentant de commerce » en métaux et ciseaux de toutes sortes pour la confection. Qui le pousse à franchir la frontière psychologique, à l’époque si sensible, entre Lille et Roubaix ? On ne le sait pas vraiment. Peut-être son mariage en 1898 avec la jeune Roubaisienne, Félicie Leleux… Toujours est-il que l’aventure roubaisienne commence quand il installe, en 1899, un atelier au 91-93 de la rue de Tourcoing.

Assis, avec sa barbe blanche, Charles Renaut, mon grand-père.             ©Collection Renaut

 

L’idée de créer une société de scies à ruban pour la découpe du tissu lui trotte dans la tête. Il s’associe alors, en 1902, avec son beau-frère, dessinateur industriel, Paul Lemaire. Modeste, Charles ne souhaite apparaître que dans le « Cie » de la toute nouvelle S.A.R.L. P. Lemaire et Cie. Fin 1918, il saisit l’opportunité de racheter son concurrent, la société parisienne de scies à ruban, Labre, fondée en 1871. C’est probablement le premier tremplin de l’entreprise. Et la création de sa première agence puisque le siège Labre, 11 rue Edouard Jacques dans le 14e arrondissement de Paris, devient agence Lemaire.

Charles, son fils aîné, ingénieur « Sup Aéro » de Paris, vient seconder son père à la fin des années 20, mais hélas, il décède prématurément en 1935. La place est alors disponible pour le sixième fils, Henry, mon père, diplômé de l’ICAM en 1937, qui entre dans la société, après son service militaire, en 1940. Il maintient l’entreprise en activité pendant la guerre en ayant surtout comme préoccupation de ne voir aucun des 10 employés réquisitionné pour le STO. Henry est visionnaire. Il n’a de cesse de développer l’entreprise et de créer de nouveaux produits. Et la diversification, qui sera son cheval de bataille tout au long de sa carrière, commence déjà : à côté des scies à ruban, voici les chariots plieurs, les machines à denteler ou à retourner les pointes de col !

Ce fils, qui n’a que 27 ans en 1942, est aussi très entreprenant. Avec son frère Léon, il rachète l’entreprise à son père. Un document familial indique que le prix en a été indexé sur le cours du blé : 212 538, 35 francs de l’époque, ce qui ferait environ 56 750 euros actuels. L’alliance entre les deux frères sera de courte durée. Henry rachète rapidement les parts de son frère et devient seul maître à bord. Il veille, cependant, à proposer des emplois à ses sœurs, belles-sœurs ou neveux au sein de l’entreprise… et à développer la production. Voici les premières presses à repasser à pédale, dès 1946, ou encore l’importation des fers à repasser à vapeur de la société américaine Cisell.

L’atelier de la rue de Tourcoing est déjà trop petit. Henry achète alors, en 1947, rue Boucher-de-Perthes, un terrain traversé par le riez du Trichon, occupé auparavant par la teinturerie Gaydet. Avec les architectes roubaisiens Lambert puis Delrue, il y entreprend la construction d’un atelier confortable. La toute première charpente métallique est récupérée rue Watt, sur le terrain de l’entreprise Roussel-Desrousseaux ! Elle formera les 800 premiers m2 de l’entreprise qui abritent montage, peinture et magasin de pièces détachées. Photo 6. Les autres charpentes sont commandées à Patrick Motte, dirigeant de la société Lecoeuvre & Cie, Grande Rue. L’usinage est encore assuré rue de Tourcoing. Les bureaux, un moment installés au domicile même d’Henry, rue d’Alsace, rejoindront les ateliers au 40 de la rue Boucher-de-Perthes en 1954.

Ce bâtiment s’agrandira progressivement par étapes pour regrouper tous les éléments de l’entreprise en un seul et même lieu. En 1970, il sera même à l’origine de la destruction des courées Frère et Justine toutes proches. « Monsieur Henry », comme l’appelait le personnel, gardera toujours une certaine fierté d’avoir, en quelque sorte, provoqué le remplacement de ces courées devenues insalubres par de nouveaux logements sociaux. En 1975, ce « bâtiment A » comptera 8 000m2.

La vitesse de croisière

Désireux cependant de séparer les ateliers des bureaux, Henry Renaut, devenu PDG de la S.A. Anciens Ets P. Lemaire & Cie à la mort de son père en 1954, se lance dès 1964 dans un autre projet : la construction d’un bâtiment administratif de 8 étages dont chacun fait 400m2 ! Le projet est ambitieux et coûteux. Le besoin du Secrétariat International de la Laine d’ouvrir à Roubaix une station expérimentale de recherche sur la laine tombe à pic : Henry Renaut ne fait construire et aménager dans un premier temps que les deux premiers étages et loue le premier étage à l’IWS. Il laisse l’architecte, Patrick Forest, et la société de gros œuvre Aubrun, continuer à construire sans hâte les autres étages. Et dès 1967, une enseigne illumine fièrement le bâtiment terminé et les bureaux y aménagent en janvier 1968, laissant les ateliers prendre toutes leurs aises dans le premier bâtiment.


On trouve, entre autres merveilles, dans ce tout nouveau bâtiment dit « administratif » entièrement meublé dans le style de l’époque, un restaurant d’entreprise, une salle de projection, une salle de réceptions, une salle de démonstrations et dans le jardin, superbement planté de cerisiers, fierté d’Henry Renaut, un tennis, évidemment à la disposition du personnel. La silhouette des deux bâtiments constitue un véritable logo dans les documentations commerciales.

Et l’entreprise prend sa vitesse de croisière autour de quatre départements astucieusement complémentaires : les presses à repasser pour la confection qui ont tout naturellement suivi les premières presses destinées aux pressings dans les années 60 ; le matériel de manutention avec les convoyeurs à corde qui, lui aussi, est une application du savoir-faire dans les pressings ; puis l’équipement de blanchisseries de collectivités et, bientôt, les calandres de thermo-impression. Des agences implantées à Paris, Lyon et Toulouse couvrent toute la France et une agence à Cologne dessert l’Allemagne.

Les calandres à thermo-imprimer : le cheval de bataille

C’est probablement ce département qui portera haut et loin dans le monde entier le nom de la société Lemaire.

Un ingénieur chimiste des laboratoires de La Lainière de Roubaix découvre, vers 1958, la propriété des colorants à se transférer d’un support à un autre sous l’effet de la chaleur. Il demande à la société Lemaire de lui fournir une de ses petites presses à plateau chauffant d’un mètre sur deux, à l’origine destinée au repassage, pour assurer ce transfert d’une façon plus rationnelle. L’effet est concluant ! La société Sublistatic assure alors la fabrication d’un papier de transfert d’encres et Lemaire les presses.

Mais devant le succès de ce procédé d’impression, Lemaire met au point une méthode « à la continue » avec la première calandre à fluide thermique en juin 1967. Et c’est le début d’une fabrication de calandres toujours plus performantes, toujours plus grosses, toujours plus innovantes, les fameuses Rollingstatic Lemaire qui se vendent sur tous les continents. La société, au faîte de sa gloire, emploie alors 270 personnes et rayonne dans le monde entier en participant à moult salons internationaux.

Les grèves de 1968 ne perturbent pas trop l’entreprise jusqu’à l’intervention de piquets de grèves extérieurs. Henry-Charles, mon frère, le fils aîné de la famille, vient aider son père à faire face aux manifestants. Sa position est difficile… Souvent traité de « fils à papa » dans ces moments brutaux, il n’envisage nullement d’entrer dans l’entreprise alors qu’il vient justement d’être diplômé de l’Ecole Centrale de Paris. Il se présente même à d’autres places pour exister par lui-même. Mais Papa le rattrape…

1969-1980 : la cohabitation père-fils

Fils aîné, Henry-Charles connaît bien les couloirs de la société. Tout jeune, il allait y jouer le jeudi à trier des vis, classer des papiers et autres petites besognes accessibles à un enfant. Étudiant, il y faisait tout naturellement ses stages d’études. Et nous, ses frères et sœurs, le pensons évidemment destiné à succéder à Papa. Pour lui, pourtant, ce n’est pas une évidence, encore moins un droit.

Il faudra que Papa lui écrive qu’il compte sur lui pour qu’il entre le 2 février 1969 dans l’entreprise. Commence alors une période de cohabitation tranquille. Henry mène encore parfaitement le navire au quotidien et reste le capitaine. Henry-Charles, chargé de la productivité, traite les affaires qui ne relèvent justement pas du quotidien : résoudre d’éventuels problèmes chez les clients, chercher des solutions techniques à des fabrications pointues, achever la construction du bâtiment en faisant réaliser la jonction entre les deux parties ateliers/bureaux, etc.

Charles

Henry

Henry-Charles

 

 

Les deux hommes sont différents, certes. Henry, qui aime comparer Lemaire à un « bon cheval », pense qu’il faut lui laisser la bride sur le cou. Henry-Charles, lui, pense que le cavalier doit faire comprendre au cheval que c’est lui qui commande… Cependant ces 11 années se déroulent en toute sérénité.

Hélas, l’horizon n’est plus aussi clair qu’auparavant, le textile n’est plus dans sa courbe ascendante. La société est doucement passée à 215 personnes, par de simples départs non remplacés. Henry, fidèle à la méthode qui lui avait toujours réussi de « fuite en avant », brave les difficultés. Mais le temps est venu pour lui de transmettre la barre. En février 1980, il nomme Henry-Charles PDG et se prépare à partir doucement à la retraite. Hélas, le bilan de mai révèle un très mauvais exercice ! Et l’un des premiers actes de gestion du jeune PDG est de devoir déposer le bilan…

La tempête

A partir de là, Henry-Charles se démène dans la tempête sans jamais lâcher prise. Pas facile de succéder à son père. Encore moins à Henry Renaut. Pas facile de se retrouver à la tête de cadres dont la plupart est au moins de 10 ans plus âgée… Et de sentir toujours dans leur regard ou dans leur tête cette idée qu’il lui a suffi de s’asseoir sur le siège directorial…

Cependant, Henry-Charles, à côté de son jeune frère Hugues, entré tout récemment au poste de responsable du département « Collectivités », fait face à la tourmente. Il obtient du Tribunal de Commerce un plan de redressement à 100% sur 10 ans et s’emploie à le respecter. Malgré l’embauche d’une nouvelle équipe à l’export, le département de la thermo-impression connaît de mauvais scores en 1992. Il faut, en 1993, alors qu’environ 50% des remboursements sont déjà effectués, étaler de nouveau la dette et licencier. L’entreprise ne compte plus alors que 120 personnes. C’est sans doute encore trop lourd. Elisabeth, la fille d’Henry-Charles, entre à son tour dans l’entreprise et déploie toute son énergie à redévelopper la thermo-impression qui s’est enrichie, sur la base des cylindres chauffants, de nouvelles applications techniques : contrecollage, métallisation, impression sur chaîne… En vain…

En 2004, un deuxième dépôt de bilan provoque la chute fatale de l’entreprise familiale puisque le rachat par une tierce personne est obligatoire.

La suite, même si elle est douloureuse à vivre par Henry-Charles, n’est plus l’histoire de cette entreprise familiale. Les ateliers, vidés de leurs machines par une pénible vente aux enchères, sont rachetés par un garagiste. Le beau bâtiment est racheté par un agent immobilier « plein de projets » qui met tout le monde à la porte pour entreprendre de superbes travaux… que l’on attend toujours ! Et, à l’heure où j’écris cet article, il est ce fantôme bleu pâle que tu ne regardes même plus, passant… ou que tu regarderas désormais, si tu as lu cet article !

Evelyne Gronier-Renaut

Un espoir ? Nous aimerions bien que le bâtiment devienne utile ! Mais c’était 2014… et toujours rien en 2022… Mon père doit se retourner dans sa tombe…

Petites anecdotes :

• Soucieux de rétablir le juste nom trop souvent déformé de la rue de son entreprise, Henry Renaut avait raconté, dans le livret d’accueil de la société, la biographie de ce préhistorien français d’Abbeville, Jacques Boucher-de-Crèvecœur-de-Perthes (1788-1868). Dans plusieurs ouvrages, suite à la découverte d’outils en silex et d’os de grands mammifères dans les alluvions de la Somme, il avait démontré l’existence d’un homme antédiluvien.

• Mon père aimait citer cette phrase « Mon verre n’est pas grand mais je bois dans mon verre. »

Cette phrase avait été écrite par Musset qui se défendait bien de plagier d’autres auteurs, mais le faisait quand même ! Mon père avait sorti cette phrase de son contexte et exprimait par là qu’il préférait être à la tête d’une petite entreprise plutôt que d’être salarié d’une plus grande…

Roubaix, ville verte et fleurie, un vrai succès !

Voici les résultats de la 5e édition du concours photos de la Société d’Émulation de Roubaix.

Alors que le thème de l’année dernière avait un peu effrayé les photographes puisqu’il impliquait de photographier des personnes, celui de cette année 2018, « Roubaix, ville verte et fleurie » a délié les objectifs ! 47 participants : un record ! Et une mise sur PVC de 172 photos toutes plus vertes et fleuries les unes que les autres !

La preuve est donc bel et bien faite : Roubaix, grâce au travail de toute l’équipe des Espaces verts de la mairie, est vraiment une ville verte et fleurie qui mérite bien le label « 4 fleurs » qui lui est attribué depuis 2003 et qui est remis en cause tous les 3 ans.

Les serres roubaisiennes Photos EG

De plus, ce sont les Serres municipales et son responsable Marc Dehondt qui ont accueilli l’exposition de toutes ces photos lors des Journées du patrimoine des 15 et 16 septembre derniers : on ne pouvait pas rêver cadre plus adapté ! Les photos étaient vraiment dans leur élément.

La Chorale Chœur de Roubaix Photo EG

Merci à la chorale « Choeur de Roubaix » qui est venue chanter le samedi : elle a mis beaucoup de joie et d’animation.

Beaucoup de photographes donc, dont beaucoup de nouveaux… mais aussi des fidèles de la première heure. Nous sommes heureux de voir que ce concours-photos intéresse de plus en plus d’amateurs de photos et même des tout jeunes…

Comme la petite Hanna-Dahbia qui venait de recevoir un appareil de photos pour ses 6 ans et nous a envoyé de jolies photos ! Elle a remporté le Prix spécial jeunesse !

 

6e concours-photos

Voici la sixième édition de notre concours-photos qui se déroulera jusqu’au 31 août 2019 ! Le thème en est cette année :

 Se divertir à Roubaix de 1000 et une façons !

Fêtes foraines, populaires, de quartiers, des voisins, religieuses, braderies, bals, sports en amateur ou en spectateur, spectacles, musées, visites guidées, jardinage, lecture, colombophilie, fanfares, jeux de cartes… La liste est longue !

Dénichez, observez, découvrez, expérimentez, vivez les lieux et occasions de divertissement de notre ville et… photographiez-les  !

Pétanque au Parc ©EG, Canots ©JMD, Rap Grand Place ©JR, Grimpeurs ©EG, Le Colisée ©EG, fête des cheminées ©JMD

Comment participer ?

La participation est totalement gratuite et ouverte à tous ceux et celles qui veulent mettre en valeur le patrimoine de notre ville : il suffit de photographier tous ces lieux et occasions de divertissement qui animent la vie roubaisienne et d’envoyer vos photos par mail à : concoursphotosser@gmail.com

Les photos reçues (5 maximum par personne), si leur qualité le permet (éviter les photos tirées par un simple téléphone portable et veiller à faire des photos d’au moins 1 Mo), seront imprimées par nos soins sur PVC, au format A3 ou A4, et exposées lors des Journées du Patrimoine, le dimanche 22 septembre 2019 au Colisée, rue de l’Epeule.

Elles feront aussi l’objet d’un article dans le prochain magazine Gens & Pierres de Roubaix.

Le nom de leurs auteurs sera indiqué, mais aucune adresse ne sera révélée. Aucun droit d’auteur ne sera versé.

Le concours

Un jury, composé de membres de la Société d’Émulation de Roubaix, de l’association roubaisienne l’Œil Photographique et de la Société Historique de Tourcoing et Pays de Ferrain, déterminera les 3 meilleures photos.

Les critères de sélection seront :

–       la qualité de la photo (netteté, luminosité, angle de vue, lisibilité)

–       son intérêt patrimonial, et la visibilité de la ville de Roubaix

–       le respect du thème (les photos hors thème ne seront pas imprimées)

–       son originalité

Les 3 auteurs sélectionnés recevront chacun un prix offert par nos partenaires, d’une valeur de 30 à 60 euros. Les prix seront remis le dimanche 22 septembre 2019 à 16 h aux gagnants présents. Ils ne seront pas envoyés par la poste.

Règlement complet sur simple demande à concoursphotosser@gmail.com

Et en plus : le prix du public

Par ailleurs, tous les visiteurs de l’exposition pourront voter pour leur photo préférée et l’auteur de la photo désignée par le public repartira, lui aussi, avec un prix.

Nouveau : le prix des juniors !

Ce concours-photos est ouvert à tous, sans limite d’âge ! Et en particulier aux jeunes de moins de 12 ans ! Un prix spécial sera décerné à la meilleure photo “junior”. Merci donc d’indiquer votre âge lors de l’envoi de vos photos si vous êtes dans cette tranche d’âge !

La Muse de Nadaud, présentation

Par Monsieur Jean JESSUS
Président de La Muse de Nadaud
Administrateur de la Société d’Emulation de Roubaix
Roubaisiens ou habitants de communes limitrophes (Lannoy, Tourcoing Villeneuve d’Ascq, Wattrelos), tous ceux et celles qui ont signé les pages qui suivent ont fait partie de LA MUSE DE NADAUD.
Bien que de convictions religieuses ou politiques parfois opposées, issus de classes aisées ou de milieux modestes, exerçant les professions les plus variées, tous étaient unis par un commun amour de la poésie.
Respectant la prosodie traditionnelle qui leur avait été familière dès l’âge scolaire, ils ont su exprimer avec art et sincérité leurs émotions, leurs rêves, leur vision de la vie.
Dans ses Statuts, LA MUSE DE NADAUD prévoit, entre autres activités, de faire connaître les œuvres de ses membres. C’est la raison pour laquelle il nous a semblé souhaitable de composer la présente Anthologie, hommage bien mérité rendu à nos poètes – pour la plupart disparus…
 
HISTORIQUE
 
Le samedi 4 avril 1903, Brasserie des Orphéonistes à Roubaix, avait lieu un concert de Bienfaisance avec le concours de l’Union Artistique au bénéfice du chansonnier Henri Samoëns, récemment opéré de la cataracte, et dont les ressources étaient épuisées.
 
Cette représentation permit à nos poètes, comédiens, artistes lyriques, fantaisistes, de travailler en collaboration. Elle leur donna l’idée de se rencontrer périodiquement afin d’améliorer leur art grâce à une fraternelle émulation – sans négliger pour autant l’entraide matérielle. Telles furent les origines de la MUSE DE NADAUD.
 
Les fondateurs se proposaient non seulement de secourir les plus démunis des sociétaires, mais également d’entretenir le souvenir du célèbre auteur, décédé dix ans plus tôt. Parallèlement ils résolurent de faire connaître mieux les poètes et les chansonniers de Roubaix et des environs.
 
Notre premier Président fut Adolphe Delannoy, « lauréat » (dit la chronique) « d’importants Concours littéraires ». Ernest Chebroux, chansonnier en renom, ami confident et exécuteur testamentaire de Nadaud, accepta la Présidence d’Honneur qu’il assurera jusqu’à sa mort en 1910.
 
En 1906, un jeune poète futur lauréat de l’Académie Française rejoint nos rangs. Il se nomme Amédée Prouvost. Son cousin Charles Droulers, non moins doué, fait de même. Nous arrivons au chiffre de 40 membres… Euphorique, la MUSE lance une revue hebdomadaire, « La Fauvette ». Hélas ! Cet oisillon présomptueux ne chantera que pendant six mois. Et d’aucuns, amers, déplorèrent alors l’indifférence des Roubaisiens pour la littérature !
 
Jusqu’à la déclaration de guerre en août 1914, l’Association connut une renommée croissante, présentant maints spectacles, concerts et autres Solennités artistiques, organisant même des bals et des tombolas.
 
Après 1918, la paix étant de retour et le progrès social en marche elle délaissa plus ou moins ses activités secourables. La promotion de l’art d’écrire – soit en patois soit en français -, devint sa principale préoccupation.
 
En 1920 déraisonnablement obstinée, elle fit paraître « La Nouvelle Fauvette » qui connut le même sort que l’ancienne.
 
De 1922 à 1930 dirigée par Napoléon Lefebvre professeur de Lettres à l’Institut Turgot et, ensuite, sous la houlette de Charles Barenne Musard chevronné notre Cénacle fonctionna de la manière la plus satisfaisante.
 
Marc Choquet remplaça Charles Barenne démissionnaire en raison de son grand âge. Dynamique journaliste il relança un projet depuis longtemps caressé : l’édition de poèmes dus à la plume de nos Sociétaires. Le recueil parut en 1947. Œuvres inégales à coup sûr. Du moins leurs auteurs pouvaient se dire, à l’instar du poète latin : je ne mourrai pas tout entier. Douce illusion : à l’heure actuelle essayez donc de dénicher ce petit livre !
 
Le fanion de l’Association ayant mystérieusement disparu Marc Choquet décida de nous doter d’un drapeau. Conçu par René Jacob professeur d’Histoire de l’Art cet emblème fut orné de broderies faites par Yvonne Lecrès, professeur à l’Institut Sévigné de Tourcoing et Premier Ouvrier de France. Peut-être fut-il déployé lors des festivités qui, en 1953, marquèrent le Cinquantenaire de la Muse clôturé au Grand Café par de mémorables agapes.
 
Ultérieurement, trois plaquettes virent le jour : Les Plus belles chansons de Gustave Nadaud en 1957, Amédée Prouvost en 1958 Louis Catrice  en 1961, éditées grâce à l’aide financière de la Ville de Roubaix.
 
L’élan eût pu se poursuivre si, pour d’obscurs motifs, Marc Choquet n’eût présenté sa démission. Fernand Hanscotte prit les rênes, relayé par Gaston Gilman, journaliste connu. Ce dernier occupa la présidence jusqu’en 1976, année où il prit sa retraite et quitta notre région.
 
Au cours des années suivantes, LA MUSE poursuivit ses activités. De nouveaux membres sont admis, les causeries données lors des réunions périodiques trouvent écho dans la presse. Nos sociétaires affrontent avec succès d’exigeant concours littéraires et les joutes que nous organisons sont très suivies.
 
Survient alors la catastrophe, imprévisible : la salle privée, mise à notre disposition doit fermer ses portes. En dépit de multiples démarches, impossible de trouver un autre local. Une série de deuils, ensuite, vient décimer nos rangs : disparaissent Yvonne Berson, Fernand Derclaye, Géo Duvivier, Suzanne Egels, Jules Steelandt, Georges Teneul, Nicolas Vnoukovsky… La dissolution semble inévitable.
 
Cependant mis au courant de cette situation, Bernard Schaeffer, Président de la Société d’Emulation de Roubaix et Monsieur Odoux, de la Renaissance Française ont exprimé le souhait de ne pas voir sombrer une Association qui ainsi a occupé une place si importante dans le paysage culturel roubaisien. Un vœu qui, somme toute, n’est peut-être pas irréalisable.
 
La Muse de Nadaud intègre en 2009 la Société d’Emulation de Roubaix pour mettre à la disposition des chercheurs et du public son histoire et ses archives.

Histoire de la Société

« semper ascende»

En 1868, un groupe d’amis réunis par une passion commune pour les Lettres, les Arts et les Sciences, jugèrent que la vie à Roubaix était assez intense pour permettre qu’on y philosophât un peu et c’est dans ce but qu’ils créèrent à l’instigation de M. Théodore Leuridan, archiviste municipal et M. Alexandre Faidherbe instituteur communal la Société d’Emulation de Roubaix. Les statuts définissaient ainsi les buts et la tâche qu’elle se proposait :

« La Société d’Émulation de Roubaix est instituée pour l’étude et le développement des progrès des Sciences des Lettres, des Arts et de l’Industrie. Son but est de seconder le mouvement intellectuel par la publication de ses travaux et des mémoires qu’elle aura honorés de son suffrage par l’impression des documents inédits relatifs à l’histoire locale et par des concours annuels.

Elle récompense les services rendus aux Sciences, aux Lettres, aux Arts et à l’Industrie ; elle encourage les efforts tentés dans cette voie ; elle signale et récompense les actions de haute moralité accomplies dans la circonscription qu’elle embrasse.

Cette circonscription comprend la ville et les deux cantons de Roubaix suivant l’intention de ses fondateurs, la Société, tout en maintenant, sans esprit d’exclusion, ses principes catholiques, s’interdit toute discussion sur des matières religieuses ou politiques ».

Le premier volume des « Mémoires de la Société d’Émulation de Roubaix » parait en 1871, imprimé par la Maison Béghin, rue du Curé à Roubaix. 31 volumes au total seront édités (le 30ème date de 1914 et le 31ème de 1919). La très grande diversité des thèmes abordés montre le travail extraordinaire fourni par des curieux et des passionnés, œuvres bénévoles non pas d’oisifs qui se créent une occupation, mais de laborieux, absorbés par leur profession.

Se réunissant tout d’abord dans la salle de lecture de la bibliothèque  publique, les séances se feront à partir de 1890 dans la bibliothèque de l’École nationale des Arts Industriels, puis à la Bourse dans l’ancienne salle de la société de géographie, mise à sa disposition par la Chambre de Commerce. Entre 1901 et jusqu’en 1914, La Société d’Émulation tient ses séances à la Caisse d’Épargne municipale.

La Société d’Émulation de Roubaix dans la Tourmente (1914-1919)

Au cours de la guerre 1914-18, la bibliothèque de la Société d’Émulation est pillée. Celle-ci, constituée presque uniquement par des échanges avec d’autres sociétés savantes, comprenait alors 20.000 volumes environ et un expert de Paris l’avait estimée à 250.000 francs. Il existait certaines éditions très rares comme le tome 31 de la Revue Africaine qui contenait un rapport sur des fouilles effectuées à Suse et qui n’existait plus qu’en un seul exemplaire à Roubaix.

Après l’Armistice, il reste environ 12.000 volumes dont plusieurs collections dépareillées. Le Chanoine Leuridan qui exerce au lendemain de la guerre la présidence de la Société, offre la bibliothèque à la ville de Roubaix à charge à elle de verser à la société une indemnité analogue à celle prévue par la Société des sciences de Lille. Ceci devait permettre de reconstituer un fonds de bibliothèque municipale, celle-ci ayant été cédée à l’École Nationale des Arts. La ville s’empresse d’accepter et l’accord est conclu aussitôt. Après examen des livres, M. Lebas, maire de Roubaix, appréciant l’importance de la bibliothèque apportée à la ville et voulant témoigner la reconnaissance de celle-ci écrivit au chanoine Leuridan pour l’informer que la société d’Émulation recevrait désormais une subvention annuelle de 200 francs. Par ailleurs, la Société fut admise à tenir ses réunions à la Mairie dans la salle des Commissions. Par la suite, 3 autres tomes de l’ « Histoire de Seclin » seront publiés par le Chanoine Leuridan.

La Société d’Émulation de Roubaix aujourd’hui

Peu à peu, sous l’influence de ses Présidents, Théodore Leuridan puis Gaston Motte, Georges Teneul, Jacques Prouvost, Edmond Derreumaux, Philippe Waret, Bernard Schaeffer, et maintenant Gi, lles Maury, la Société d’Émulation se consacre presque essentiellement à l’étude de l’Histoire de Roubaix. Une histoire riche et diverse qui permet aux membres de l’Association d’étudier, certes l’Histoire de Roubaix mais aussi celle du folklore et des traditions locales.

Pour transmettre à tous le fruit de leurs recherches, ses administrateurs organisent des conférences, participent à des expositions ou des manifestations et éditent un certain nombre de publications. Un nouveau magazine d’une quarantaine de pages complète ces actions et dernièrement ce nouveau site internet, animé par tous les passionnés d’histoire de Roubaix.

La Société d’Émulation de Roubaix est affiliée à la Fédération des Sociétés savantes du Nord de la France et participe à ses travaux. Elle a aussi, bien entendu, de nombreux contacts et échanges avec les autres associations régionales et internationales poursuivant les mêmes buts.

LISTE DES PRESIDENTS DE LA SOCIETE D’EMULATION DE ROUBAIX

M.   Th. Leuridan – 12 novembre 1869
M.   D. Bonnier – 17 janvier 1870
M.   L. Scrépel-Chrétien – 25 mars 1871
M.   le Docteur Liagre – 20 janvier 1872
M.   L. Scrépel-Chrétien – 28 janvier 1873
M.   L. Legrand – 24 janvier 1874
M.   L’abbé Vassart – 24 avril 1875
M.   A. Faidherbe – 11 mars 1876
M.   A. Musin – 10 mars 1877
M.   D. Bonnier – 13 avril 1878

M. L’Abbé Vassart – 19 février 1881

M.   Th. Leuridan – 26 janvier 1884
M.   A. Faidherbe – 12 mars 1886
M.   L’abbé Vassart – 13 mai 1887
M.   L’abbé Ghesquier – 25 janvier 1889
M.   Prouvost-Bénat –  14 février 1890
M.   Th. Leuridan –  20 mars 1891
M.   L’abbé Ghesquier – 1895-1897
M.   Prouvost-Bénat – 1897-1900
M.   Léon Petit – 1900-1901
M.   Alexandre Faidherbe père – 1901-1903
M.   Amédee Prouvost – 1904
M.   Pierre Lestienne – 1906-1910
M.   Ernest Prouvot – 1911-1912
M.   Le Chanoine Leuridan – 1912
M.   Gaston Motte – 1943-1955
M.   Georges Teneul – 1955-1977
M.   Jacques Prouvost – 1977-1992
M.   Edmond Derreumaux – 1993-1999
M.   Philippe Waret – 1999-2003
M.   Bernard Schaeffer – 2003-2015

M.   Gilles Maury – 2015

Le cachet de la société

Le cachet de la SER

Le cachet ou sceau de la Société d’Émulation représente un livre ouvert, éclairé par quelques rayons du soleil, et entouré des attributs des lettres, des arts et des sciences, la plume, le caducée, la sphère, le compas, l’équerre, la palette, la cornue, etc..

Sur le feuillet de gauche du livre, les armes de Roubaix, rappelant l’histoire et l’industrie locales ; sur le feuillet de droite, la devise de la Société, dont le choix fut fait dans la séance du 12 juillet 1869. Plusieurs devises avaient été proposées :

La première indiquait bien que le Roubaisien sait quitter la navette pour la plume, les préoccupations de l’industrie pour la culture des lettres et des arts ; mais elle ne sembla ne point s’appliquer suffisamment à la généralité des membres de la Société, dont la moitié n’était point engagée dans l’industrie.

La seconde extraite d’une épigraphe de Michel de Roubaix : ne scribam vanum, duc, pia Virgo, manun, avait une application plus générale, mais elle parut trop vague en l’absence de son complément, elle laissait un trop vaste champ à l’interprétation et l’on eût pu lui donner une portée qui n’était  point dans les vues de la Société.

La troisième fit craindre que dans notre ville commerçante et industrielle où toute transaction, tout travail, toute émulation se résume dans le gain, on ne fit un rapprochement peu favorable au désintéressement que suppose le culte des lettres, des sciences et des arts.

La dernière, « semper ascende », proposée par l’abbé Vassart, est une parole tirée de Saint Augustin ; elle rentre parfaitement dans le style des devises : elle exprime heureusement et énergiquement le progrès qui toujours marche ; elle ne laisse rien d’indéterminé : elle caractérise nettement le but de l’émulation.