Société d'émulation
de Roubaix
Accueil

Voyez vite les résultats de notre 3e concours photos  !

 

Bienvenue sur le site de la Société d'émulation de Roubaix !

 

La plus ancienne société de la ville, créée en 1868,

met à votre disposition ses travaux réalisés au fil du temps par ses nombreuses "plumes".


Aujourd'hui, toujours aussi dynamique, elle édite deux fois par an son magazine "Gens et Pierre de Roubaix" qui, avec ses articles variés, vous plonge dans l'univers d'une grande ville du Nord de la France qui n'en finit pas de tisser son avenir...

 

C'est avec une très grande tristesse que nous apprenons que notre Président d'Honneur, notre ami,

Bernard Schaeffer, nous a quittés ce mardi 29 novembre 2016.

La cérémonie aura lieu ce samedi 3 décembre à 10 heures, à l'église Notre Dame de Lourdes.
 

Le numéro 21 est sorti en novembre 2016, il est disponible par internet avec le bon de commande que vous trouverez tout en bas de la page d'accueil, à imprimer et à envoyer à notre siège social : S.E.R. 26, rue du Château 59100 ROUBAIX

 

 

gauche droit
  • Sortie La Redoute
  • Le Colisée
  • VUE DE RX CONDITION PUBLIQUE 001
  • Avenue Motte usine
  • DSC_0033
  • ChateauVaissier1911
  • Ets Lemaire 022
  • fraternitéBlog
  • Image 2
  • GBM
  • barbieux42
  • RBX_MED_CP_A11_L2_S2_010
  • 24401_incentive_la-piscine
  • Roubaix-2000-vers-1978
  • Coqs4
  • Gare 1950
  • Mairie de Rbx

ACTUALITES

Voir toutes les actualités

LES DERNIERS ARTICLES

Achat du magazine Gens et Pierre de Roubaix

Voici les lieux où vous pouvez vous procurer notre magazine Gens et Pierre de Roubaix

 

La Boutique du Lieu : Boutique du musée La Piscine "André Diligent" à Roubaix

La Presse du Parc : 118, boulevard du Général de Gaulle à Roubaix

Office de Tourisme de Roubaix : 12, place de la Liberté à Roubaix

Librairie Autour des Mots : 1, place de la Gare à Roubaix

Librairie Le Cep : 5, avenue Jean-Baptiste Lebas à Roubaix

Librairie Les Lisières : 32, Grand'Place à Roubaix

Le Furet du Nord : 25, Grande Rue à Roubaix

La Civette de la Tour : 37, avenue Jussieu à Croix

Renaissance du Lille Ancien : 20/22, rue de la Monnaie à Lille

 

 


EN SAVOIR PLUS

Les étrangers à Roubaix en 1913

 

LES ETRANGERS A ROUBAIX EN 1913

 

Société d’Emulation de Roubaix, Bulletin N° 1, mars 1993

 

Notre ville a toujours été accueillante aux étrangers et l’on sait que le nombre très important de personnes de nationalité belge qu’elle comptait à la fin du 19ème siècle, qui dépassait celui des personnes de nationalité française, a fait dire que Roubaix était une ville belge en France.

 

La résidence en France des personnes de nationalité étrangère était régie par le décret du 2 octobre 1888 et la loi du 8 août 1893 qui prescrivaient à tout étranger de souscrire une déclaration donnant lieu à la délivrance d’un récépissé.

 

Les registres de ces délibérations sont conservés aux Archives municipales de Roubaix et le premier commence à la date du 9 octobre 1888.

 

On connait donc, famille par famille, les étrangers qui ont résidé dans notre ville, mais les documents ne permettent pas de faire le point sur le nombre des étrangers à une date donnée, il faut pour cela se reporter aux recensements établis tous les 5 ans.

 

Fort curieusement, la loi qui prescrivait la déclaration de résidence ne prévoyait pas de déclaration de départ.

 

Au cours de l’année 1913, les services responsables de la ville avaient reçu 2 100 déclarations et l’on possède une situation par origine du total des déclarations qui avaient été enregistrées depuis la mise en place de la loi jusqu’au 31 décembre 1913 et qui se chiffrent à 71 844 personnes.

 

Cette liste des nationalités des étrangers à Roubaix au début du siècle est intéressante car elle donne une physionomie de ce qu’était alors notre ville sur ce point.

 

On notait donc :

 

884 Allemands

23 Américains du nord

4 Américains du sud

234 Anglais et Irlandais

141 Autrichiens et Hongrois

69 260 Belges

3 Brésiliens

6 Bulgares

8 Danois

135 Espagnols

9 Grecs

419 Hollandais

374 Italiens

61 Luxembourgeois

6 Polonais

3 Portugais

64 Russes

12 Suédois et Norvégiens

134 Suisses

48 Turcs

5 Roumains

1 Egyptiens

9 Japonais

1 Mexicain

 

Le classement des nationalités tient compte des réalités politiques du moment (l’Angleterre comprend l’Irlande, l’Australie possède la Hongrie, le roi de Suède règne sur la Norvège.

 

Si la ville de Roubaix conserve actuellement sur une proportion importante d’étrangers, on constate évidemment que leur origine a fortement évoluée.

 

Sources : Rapport du Maire de Roubaix de l’année 1913.

 


EN SAVOIR PLUS

La situation de l'emploi à Roubaix de 1921 à1938

 

LA SITUATION DE L’EMPLOI A ROUBAIX DE 1921 A 1938


Société d’Emulation de Roubaix, Bulletin N° 1, mars 1993

 


Le problème considérable que posent à nos contemporains les difficultés de l’emploi nous fait parfois oublier que les générations précédentes ont aussi connu des périodes de chômage.


Entre les guerres de 1914-18 et 1939-45, l’activité économique a dû supporter des phases difficiles et les autorités s’efforcent de faire face à la situation.


Si de nos jours le chômage est traité au niveau national, à l’époque, ce sont les caisses syndicales qui organisaient les secours avec une aide municipale importante comme on le verra par les chiffres qui suivent extraits du rapport du Maire de 1938.


Le Fonds municipal de chômage a été créé par délibération du Conseil municipal en date du 23 septembre 1921 et approuvé par M. le Ministre du Travail le 11 octobre suivant Pour l’année 1922, nous relevons 3 425 chômeurs pour la somme de 58 248,00 francs  ; les bureaux sont installés rue Marie Buisine, 57, dans les locaux de l’ancienne crèche municipale.


Les opérations commencèrent effectivement la semaine du 21 au 26 novembre 1921, à la suite de la grande grève, et ne cessèrent de fonctionner jusqu’en 1939.


Dès la première semaine, 232 chômeurs furent secourus par le Fonds municipal pour la somme de 3 939 francs. Les semaines suivantes virent diminuer ce nombre, pour arriver, à la dernière semaine de décembre, à 149 chômeurs.


17 983 francs 50 furent payés à titre d’allocations pendant l’année 1921.


Pour l’année 1922, nous relevons 3 425 chômeurs pour la somme de       58 248,00 francs
Pour l’année 1923, nous relevons    944 chômeurs pour la somme de       15 958,50 francs
Pour l’année 1924, nous relevons  1 230 chômeurs pour la somme de      19 788,00 francs
Pour l’année 1925, nous relevons  2 360 chômeurs pour la somme de       41 055,00 francs
Pour l’année 1926, nous relevons    980 chômeurs pour la somme de       16 425,00 francs
Pour l’année 1927, nous relevons  3 532 chômeurs pour la somme de 1 133 343,00 francs
Pour l’année 1928, nous relevons    855 chômeurs pour la somme de      167 901,00 francs
Pour l’année 1929, nous relevons    187 chômeurs pour la somme de      25 628 ,00 francs
Pour l’année 1930, nous relevons    489 chômeurs pour la somme de       81 343,00 francs
Pour l’année 1931, nous relevons  5 263 chômeurs pour la somme de 2 334 843,00 francs
Pour l’année 1932, nous relevons 10 881 chômeurs pour la somme de 12 119 555,00 francs
Pour l’année 1933, nous relevons  8 760 chômeurs pour la somme de 11 448187,00 francs
Pour l’année 1934, nous relevons 12 376 chômeurs pour la somme de 17 561 106,50 francs
Pour l’année 1935, nous relevons 12 631 chômeurs pour la somme de 21 083 910,00 franc
Pour l’année 1936, nous relevons  9 958 chômeurs pour la somme de 17 451 973,45 francs
Pour l’année 1937, nous relevons  6 787 chômeurs pour la somme de 11 805 993,00 francs
Pour l’année 1938, nous relevons  6 895 chômeurs pour la somme de 11 809 045,00 francs


La ville de Roubaix accordait aux caisses syndicales de chômage, depuis l’année 1924, une subvention égale à 33 % des secours payés par lesdites caisses.


A l’origine, le service de pointage et de paiement se faisait 57, rue Marie Buisine. En décembre 1931, ce service fut transféré salle des fêtes, rue de l’Hospice. Le 3 septembre 1934, par suite des travaux de restauration de cette salle, il fut transféré à nouveau 29, rue Nain.


Enfin, devant le nombre toujours  croissant des chômeurs inscrits, un deuxième bureau de pointage fut ouvert le 19 novembre 1934, au Foyer municipal d’Education Ouvrière, rue Jules Guesde, et la ville fut divisée en deux secteurs.


Le chômage n’avait pas alors la gravité et la durée qu’il revêt aujourd’hui mais la note ci-dessus rappelle que le plein emploi n’était pas forcément à la portée de nos parents.

 


EN SAVOIR PLUS

BOUTIQUE SER

Le chateau Vaissier, palais orientaliste d'un savonnier de Roubaix

 

 

 

 

Commander